Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Feb-19-08

Une soiree devant la tele

Posted by Nancy

Je viens de dépenser vainement trois longues heures, peut-être plus, devant la télé.

Pendant tout ce temps je ne faisais que faire défiler les chaînes avec le mince espoir de tomber sur une émission valable. Rien ! On a beau raison de dire que l’espoir fait vivre car bien qu’il ait été mince le mien m’a maintenue devant l’écran.

Qu’elles soient françaises, haïtiennes ou américaines le même scénario revenait. je n’étais sûrement pas aux bonnes heures ! Car partout je voyais des gens assis en face d’un animateur, en train de parler, parler, encore parler, sur des sujets dits préoccupants. C’était de longues théories lassantes le plus souvent politisées qui offraient aux intervenants l’occasion de se faire voir et aux téléspectateurs habitués et fanas la possibilité de somnoler avec le ronronnement des voix comme bruit de fond.

La télévision canadienne par contre relatait l’histoire d’une indienne du Mexique, on dit autochtone, adoptée par un couple canadien, en quête de sa famille biologique et leur retrouvaille. Ce sujet correspondait tout à fait avec ma dernière poésie “ABANDON” écrite le même jour comme par coïncidence.

Malgré sa joie d’avoir retrouvé ses frères et soeurs et une quinzaine de neveux et nièces, elle n’arrêtait pas de se poser la question : pourquoi moi, pourquoi est-ce moi que ma mère a abandonnée ? Les soeurs lui répondaient que c’était pour lui éviter les souffrances qu’elles-mêmes avaient endurées. La réponse ne semblaient pas la satisfaire et à l’évidence elle aurait préféré souffrir dans sa famille au lieu d’avoir connu ce grand vide qui ne se comblait pas même après son mariage et la naissance de sa fille.

Ce n’est pas l’histoire que j’aurais choisie pour achever une soirée tranquille, mais entre les longs débats insipides et ce documentaire, le choix était évident à moins de me mettre au lit. Il n’y avait aucune autre alternative, les films n’étant pas au rendez-vous non plus.

Il y avait bien sûr les nouvelles et le débat sur l’indépendance du Kosovo contestée par la Serbie. Qui aurait pensé qu’au vingt et unième siècle des états se battraient encore pour leur indépendance ! Il est vrai que depuis des décennies le monde vit une sorte d’esclavage par les cartes de crédits et autres interdits sous le prétexte de lutter contre le terrorrisme. Néanmoins, il en avait au moins la façade que l’on refuse au Kosovo aujourd’hui.

Faisant suite à cet extrait de nouvelles que je n’ai pas suivi jusqu’au bout, venait la rencontre des répresentants de l’ONU et une classe d’Haïtiens concernés dans le grand hotel de luxe du pays. Le seul fait d’y être suffit la plupart du temps aux compatriotes participants. La tâche de les convaincre, par exemple que les troupes onusiennes sont au pays à la demande de notre gouvernement est grandement facilité dans cette ambiance.

Sous quelle contrainte ce gouvernement agit-il ? Ce n’est plus important. Officiellement nous sommes occupés sous un accord tacite. Mais personne ne verra ou aura le courage d’avouer peut-être, que partout dans le monde où se trouvent les troupes onusiennes, c’est la guerre ou des perturbations sans solutions. Car en réalité qu’est-ce qui a changé depuis leur présence chez nous? Plus de corruptions, de kidnapping et la vie chère bien sûr puisque les loyers augmentent, les articles de consommation aussi. Les occupants ont seuls le pouvoir d’achat.

Ces jeux politiques n’ont pas d’allure comme disent les canadiens !

J’ai changé de chaîne sentant la rage m’envahir. Une rage stérile puisque impuissante et surtout inutile, la violence n’arrangeant rien. C’était plutôt l’occasion de leur envoyer de l’amour et beaucoup de lumière pour éclairer leur coeur.

Finalement Michel Sardou et Céline Dion en concert ont mis une note agréable à cette moche soirée. Heureusement que j’ai toujours le recours de mes bouquins, mes mots croisés et mes écrits pour combler mes heures. Mais pourquoi ai-je perdu tant de temps devant cette télé !

Sep-4-07

Cyclone

Posted by Nancy

C’est la saison des cyclones dans les Caraïbes et le Golfe du Mexique. Ils adoptent pratiquement le même trajet, qui s’explique par le climat disent les spécialistes.

Ainsi chaque zone de la planète renferme des éléments de catastrophes naturelles assez dévastatrices, quand on pense aux tsunamis, aux volcans ou aux feux de forêts.

La Nature, utilse-t-elle ses éléments pour purifier, renouveler ou simplement … détruire ? La conduite des hommes ne serait elle pas en partie responsable du déchaînement de ces éléments ? Nous sommes si connectés !

L’amour pourrait, à mon avis, apaiser, réunir, réconforter et trouver des solutions.