Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Mar-20-07

Francophonie

Posted by Nancy

Cela voudrait dire : ensemble des pays ou la langue officielle est le français, ou promotion pour ne pas perdre la langue française acquise par la colonisation. En plus clair, garder les liens d’intérêts. Tout ça c’est très bien, mais je voudrais réfléchir un peu avec vous sur la signification de la francophonie en Haïti.

Aujourd’hui met fin à une quinzaine consacrée à la francophonie. Des manifestations culturelles et co…. Mais le quart de la population ne s’exprime pas en français, les trois quart ne le comprennent pas du tout. La langue se perd dans le milieu, car sous l’action des politiciens de tous bords, le créole est surtout la langue officielle désormais. A l’école le programme de l’Education Nationale revisée déjà sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier préconise d’enseigner le français comme langue étrangère, pratiquement aux abords du secondaire.

Je me suis toujours demandée pourquoi le gouvernement n’ouvrait pas des maternelles publiques avec des jardinières d’enfants compétentes, pour éduquer dès leur jeune âge les petits Haïtiens dans tous les domaines d’éveil mais aussi à parler non seulement le français mais également l’anglais et l’espagnol.

Pourquoi ? Nous avions déjà hérité d’une culture française de part nos origines, dont nous ne pourrons jamais nous en défaire. Autant donc bien connaître cette langue désormais nôtre pour nous ouvrir au monde francophone. Nous sommes situés en Amérique, avantage non négligeable, surtout que les Etats-Unis constituent l’Eldorado pour nos compatriotes. La moitié de l’île est hispanique et l’Amérique du Sud n’est pas loin non plus. Vous voyez la chance qu’auraient les petits enfants d’avoir ces trois atouts linguistiques, en plus des autres matières scolaires à leur portée !

Les écoles maternelles restent privées avec pour fréquentation une certaine élite quand elles sont “classes”, sinon les enfants vont plutot en garderie plus ou moins surveillées quand elles sont “peuples”. Dans les premières ils sont plutðt bien formés et parlent français ; parfois même recoivent un rudiment d’anglais. Combien sont de cet acabit ? Les autres continuent de parler créole et de baragouiner un semblant de français. Au lieu de ramener les ignorants à un plus haut niveau on va les rejoindre dans leur incurie.

Ainsi pendant quelques années j’ai enseigné le français en sixième secondaire, appelée depuis septième année fondamentale. La première année le livre utilisé était encore à la portée des élèves. Nous avions pu terminer le programme sans grandes difficultés, bien que parler français dans la cour de l’école n’était plus exigé et que la promotion du créole se faisait à grands renforts de slogans comme : le français est pour les bourgeois, et les zuzu.

La deuxième année je n’ai pu voir que la moitié du livre, l’année d’après on utilisait le bouquin du certificat d’études primaires. Quand je dû traduire en créole le petit fascicule émis par l’Alliance Française titré le Français Facile, je donnai ma démission comme professeur de français. La situation a continué à se dégrader et la population s’est installée dans le créole fière de dire ; ” se kreol mwen konn pale” (Je ne parle que le créole)

Alors aujourd’hui quel est le sens de la francophonie chez nous ? Le ministre, en faisant appel aux rares personnes qui parlent et comprennent encore le français pour organiser des manifestations culturelles à Port-au-Prince, bien sûr, afin de plaire au gouvernement français qui ne nous lache pas, sans trop nous tenir; se ment à lui-même je crois.

Ceux de chez nous, qui sont des écrivains connus, des hommes de lettres renommés, sont ou d’un certain âge ou d’un âge certain. Les quelques plus jeunes ont reçu leur formation ailleurs, heureusement. Les francophones haïtiens habitent les Etats-Unis et leurs enfants ne parlent plus français.

Feb-8-07

L’Artibonite (suite)

Posted by Nancy

A partir de Saint-Marc c’est la série de plages privées ou publiques se partageant la côte des Arcadins. Parmi lesquels le fameux Club-Med devenu autre chose par la mouvance des intérêts politiques. La mer est belle et tente Devige qui depuis son départ de Port-au-Prince soupire après un bain de mer. Les accès vers la plage, de ce côté de la route, sont très difficiles ou sales. Elle devra se contenter de l’admirer avec de gros soupirs.

Une ancienne résidence de l’ex-président Jean-Claude Duvalier sert de port de cabotage aux petits voiliers qui font la navette entre la grande terre et l’île de la Gonâve en face.Quel destin que celui de cette demeure grandiose où s’organisaient des fêtes somptueuses, réduite à ne plus connaître que la médiocrité! Si encore c’était des voiliers pimpants et organisés ! Oh vanité ! vanité ! tu ne nous mènes pas loin.

Une longue clôture garnie de bougainvilliers m’émerveille à chaque fois que je passe sur cette voie. Ces arbustes fleurissant de différentes couleurs foisonnent dans notre pays et égayent les lieux les plus sordides. C’est notre garantie d’un avenir meilleur. C’est la preuve que la Nature ne nous abandonne pas. (à suivre)