Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Mar-31-07

Boat People

Posted by Nancy

Les gens du bateau, ou bateau du peuple, traduisez le mot comme vous l’entendez, il ne vous donnera jamais la vraie signification de tout ce qu’il contient. Car vous ne penseriez peut-être pas y mettre des assassinats, des noyades accidentelles, des abandons, des captures et des renvois, en plus du dépouillement de tous ceux qui peuvent être rangés sous ce vocable, par leur compatriotes passeurs.

la télévision annonce périodiquement l’action des garde-côtes américaines qui interceptent les frêles embarquations d’Haïtiens voguant vers la Floride. Il n’y a pas longtemps une centaine a débarqué sur la plage de Hallendale, causant beaucoup d’émois dans la population. Après les avoir nourris et soignés ils seront rembarqués. La déception se mêlera à leurs souffrances et ils reviendront encore plus pauvres qu’avant. Au pays on les enfermera en prison comme des malfaiteurs et ils croupiront dans la crasse et la malnutrition, pour avoir voulu vivre mieux. Ce mieux hélas, pour ceux qui réussiront à en réchapper, sera un esclavage déguisé. Assez, assez, grâce, pitié !

Hier à une émission sur une des chaines françaises, c’est le calvaire des Somaliens et des Ethiopiens qui y était montré. Le journaliste a vêcu l’enfer de ces boat people pour interpeller le monde sur la barbarie organisée sous le regard de la police. Il a eu le courage et l’héroisme de filmer, dans des conditions périlleuses, la traversée de ces gens vers le Yémen. Il a pu atteindre la côte yéménite par miracle avec un groupe de naufragés. Car les passeurs, quand ils ne tuent pas les malheureux pour les dépouiller de leur maigres avoirs, en dépit du fait de toucher $4o dollars pour le prix du passage, ils les jettent en mer à l’approche des côtes. Seuls ceux qui savent nager atteindront cette sorte de hâvre.

Les gens savent qu’ils paient pour une mort presque certaine. Ils s’y risquent malgré tout car ils sont désespérés. Leur pays ne leur offrent rien et leurs compatriotes sont trop heureux de les tuer et de les voler. Ce journaliste a voulu crier vers les Etats-Unis, qui s’est érigé en chef du monde, Ils s’étaient déjà impliqués en Ethiopie pour mettre au pouvoir le gouvernement actuel, ils pourraient intervenir pour rétablir l’ordre comme ils prétendent le faire partout. Faisons le voeu que l’appel sera entendu pour les Ethiopiens et les Somaliens. Personne ne semblent vouloir intercéder pour nous les Haitiens. Il y a bien un groupe qui proteste maintenant en Floride contre le renvoi de la centaine fraîchement arrivée, mais, qui l’écoutera ?

Chers amis du net, cela vous est-il arrivé de penser que la terre n’appartient à personne et que ceux qui se l’approprient sont des anarchistes. Que s’il y a autant de pauvres c’est parce-que certains se sont enrichis en dépouillant les autres comme ils continuent de le faire car le créateur a placé assez de richesse sur sa planète pour tous. Chacun devrait pouvoir se trouver un coin pour vivre dans la discipline et le respect des autres sur cette terre. Aucune loi divine n’impose une patrie de force à quelqu’un. De la même façon les prédateurs ont jugé bon de se doter de territoires là où leur force en a imposé, tout le monde devrait pouvoir vivre en paix sur la partie du globe qui lui conviendrait mieux.

Le temps n’est-il pas venu d’agir de facon concrète  pour que cesse l’injustice ! l’engagement de le faire doit être pris par chacun en son âme et conscience. Ce n’est pas par la force qu’on arrivera au changement, la révolution n’a jamais donné de changements durables. A l’heure où l’on parle de développement durable, il est temps d’évoluer, d’avoir des regards nouveaux, de sortir de notre égoïsme, de regarder l’autre comme un frère, et la terre comme la patrie commune à tous; nous y avons tous droit.