Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Apr-20-10

L’Arbre à Brosses

Posted by Nancy

Dans mon jardin

Il y a un arbre

Un curieux arbre.

Il me regarde le matin

Et m’étonne chaque fois

De ses grappes rouges

Gaies comme la joie !

Des brosses rouges,

Telles sont ses fleurs

Qui pour moi justifient

Le nom trompeur

De mon bel ami :

L’arbre à brosses.

Le vrai m’étant inconnu.

De moi il se gausse

A m’entendre, ingénue,

L’étiqueter comme un enfant

Imaginatif le ferait.

Scientifiquement

Son appellation serait

Si banale, si fausse !

Mon arbre à brosses.

May-2-07

L'arbre Veritable, L'arbre a Pain

Posted by Nancy

Il étaiet une fois, des aventuriers qui accostèrent sur une merveilleuse île des Caraïbes. En plus des richesses minières, ils y découvrirent des curiosités agricoles. Parmi lesquelles, l’arbre à pain. Le fruit de cet arbre a la consistance du pain ; son goût à peu près neutre, en fait un excellent accompagnateur de mets. Enthousiasmés, ces hommes voulurent partager leur découverte avec d’autres camarades. Quand au loin, ils virent les larges feuilles en formes de mains, ils s’écrièrent : Voici l’arbre à pain !

La surprise et la déception furent de taille quand ils s’aperçurent de leur méprise. L’arbre trouvé était le sosie de l’autre, mais le fruit de celui-ci, contenait des graines à l’aspect et au goût de marrons. Ils lui gardèrent le nom d’arbre à pain, faute de lui trouver une meilleure dénomination et surtout à cause de la grande ressemblance entre les deux.

Ils se remirent à la recherche de leur arbre à pain. Leur patience fut récompensée. Au bout de plusieurs jours, ils purent enfin dire sans crainte de se tromper cette fois : Voici l’arbre véritable ! C’est ainsi que chez nous, l’arbre à pain est devenu l’arbre véritable et son frère jumeau n’eut jamais l’appellation qui lui conviendrait vraiment.

Prenez un de ces abveritab (arbre véritable). Mettez-le au four pour une quinzaine de minutes, puis retirez-le du four. Enlevez-lui une calotte, et creusez-le afin d’y aménager un trou confortable dans lequel vous introduirez une chiquetaille de harengs (préparation culinaire faite de harengs saurs déchiquetés et d’épices pimentés). Remettez le tout au four. Pendant les vingt minutes que durera la cuisson, trouvez-vous une douche pas trop loin de la cuisine. Tout en appréciant l’eau sur votre corps, vous jouirez des craquements que la chaleur fera subir au fruit-légume. Alors, en pensée, voyez fondre la chiquetaille dans les fentes bienheureuses.

Puis, encore tout mouillé, cherchez-vous un coin sous une tonnelle fraîche ou une galerie ouverte, et dégustez par petites bouchées ce délice haïtien, tout en faisant ces petits bruits traditionnels de satisfaction qui les accompagneront tandis que le vent vous sèchera.