Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Sep-14-07

Decouverte

Posted by Nancy

Je m’apprêtais à monter en voiture quand je les vis. Ils étaient une dizaine, peut-être un peu plus, groupé au pied du petit arbre marquant l’extrémité de la propriété.

Plus surprise moi-même qu’ils ne l’étaient à ma vue, je les observais intriguée. Que faisaient-ils là ? Pourquoi avaient-ils l’air si habitués aux lieux alors que je les voyais pour la première fois ?

Ils se mirent lentement sur les bords laissant la voiture passer. Puis, sans plus se soucier de nous, ils s’adonnèrent à leurs propres affaires. Je continuais de les regarder à travers les vitres du véhicule, m’interrogeant encore sur la raison de leur présence et leur provenance.

A leur allure et leur aspect on s’attendrait plutôt à voir cette espèce aux bords des rivages ou des berges. D’un même blanc, ils s’attelaient avec des gestes identiques et une pareille résolution à fouiller l’herbe à leurs pieds. Ils semblaient trouver quelque chose à leurs goût car ils manifestaient leur contentement par de petits grognements significatifs.

Je les perdis au tournant mais je restais abasourdie devant l’énigme auquel ils me soumettaient à leur insu.

Autour de moi, personne ne pouvait les identifier. Alors je m’adressai à Google par le biais de l’internet. En essayant de faire ma recherche à partir de ce que je devinais ou connaissais, je finis par trouver l’image de mes visiteurs du matin.

J’appris leur présence constante dans les régions tropicales d’Amérique où ils ont leur habitat. Ce sont des êtres à l’esprit grégaire et sociaux. Ils se nourrissent d’insectes et de vers vivant dans l’herbe de la plupart des cours et jardins. Ils étaient donc tout à fait à leur place près de chez moi et leur placidité tout à fait expliqué. Ils aiment bien les écrevisses et les petites grenouilles également.

Ils étaient donc des compatriotes ignorés ces ibis blancs. Si longtemps que je vivais dans la région sans jamais les rencontrer ! J’aurais pu être désolée si je n’avais eu ce matin la grâce de leur présence. Par chance je les revis le lendemain. Leur nouvelle visite me prouvait leur pardon à mon égard de les avoir ignorés jusqu’ici.

On vit ainsi avec des gens dans le même quartier, souvent sans les connaître ni même sans jamais les voir ! Cette indifférence anormale envers nos pareils n’était pas toujours de mise. Nous ne prenons plus le temps de vivre et de savourer les instants . De découvrir notre environnement et d’en apprécier les valeurs. A quand le retour du vwazinaj se fanmi (Les voisins sont la famille) avec lequel j’ai grandi dans notre beau pays !

J’ai eu la joie de découvrir l’ibis blanc, puissiez vous chers amis faire également une découverte agréable qui vous ravira le coeur pour longtemps.

Tags:

Add A Comment