Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Jan-20-10

Reprise de mon séjour au Mont-Shasta

Posted by Nancy

Le 26 nous sommes à la recherche du lac Siskiyou. Une longue ballade en voiture dans ce silence vivifiant au-milieu des conifères géants.

Le lac est magnifique avec un coin de barrage où l’eau jaillit dans le creux de gigantesques rochers ! Les rives ne sont pas gelées, il y a trois personnes qui s’y promènent.

Au terminus. nous rencontrons des skieurs venus jouir de la neige. Au retour nous essayons d’atteindre sans succès le lac Castle.

-En soirée nous allons au cinéma voir le film Avatar. Pour moi c’est une re-vision l’ayant déjà vu à Miami. Henri avait passé la matinée à travailler avec Béverly, il est enchanté de pouvoir s’offrir cette récréation.

Avatar comble toutes les attentes ! J’ai découvert des scènes et des dialogues qui m’avaient échappé la première fois, me donnant une idée plus large de cette extraordinaire réalisation.

Concept, personnages, sentiments, décors, philosophie de vie, courage, détermination, violence et ambition, méchanceté et colère. Tous les sentiments humains s’interpénètrent pendant 3h et demie de tournage. De plus, ce film ouvre des horizons insoupçonnés ainsi que des technologies superbes.

Henri retourne travailler ; nous allons manger au Michael’s, mais le repas n’est pas extra. Par contre les prix sont salés !

Le 27, le décor plonge complètement dans la neige ; les montagnes sont invisibles, le ciel est brumeux.

Voulant profiter au maximum de notre séjour, la neige ne nous retient pas à la maison. Aujourd’hui nous verrons les chutes Mc Cloud. Après nous être perdus sur une mauvaise route, nous arrivons enfin dans ce lieu paradisiaque où tous les mots sont impuissants à traduire l’ambiance qui y règne !

La soirée est consacrée à Sherlock Holmes et jusqu’à notre départ nous verrons tous les films disponibles.

Le 28 le réveil est encore plus matinal car nous partons pour la ville d’Ashland dans l’Oregon. Henri veut acheter des cristaux et nous, visiter la ville qui est à une heure de Shasta.

C’est l’anniversaire de mon mari Antoine. Nous le trouvons au téléphone tandis qu’on se cherche à manger dans le super marché de Ashland.

C’est une ville plus active avec des maisons plus cossues et plus nombreuses qu’à Shasta. L’ambiance est plutôt vieille Angleterre avec un souvenir vivace de Shakespeare. D’ailleurs une exposition de cet auteur est en ville et on annonce une représentation théatrale d’une de ses oeuvres.

Le froid est vif ici à cause d’un vent qui s’engouffre partout. Sitôt nos achats de cristaux achevés, nous cherchons refuge dans un restaurant, puis nous faisons un tour de ville et quelques photos. Nous laissons Ashland vers 4hpm dans un brouillard intense sur une partie du trajet. Puisque nous traversons la zone de deux sites intéressants, nous nous y arrêtons. D’abord au jardin de la Mère du monde, malheureusement désafecté, puis aux chûtes de Dumsmür. Elles sont plus petites que Mc Cloud, cependant là où elles jaillissent d’ une immense montagne de granit, elles ont leur beauté particulière.

29 décembre j’ai joué de mon bol de cristal acheté l’avant veille. Le son est magnifique et tout à fait en accord avec les lieux. Plus tard nous avons droit au concert d’Henri jouant avec ses nouvelles acquisitions de bols. Les sons spécifiques de chaque bol suivant le cristal et ses mélanges opèrent une symphonie bienfaisante sur le corps et l’âme.

En matinee nous retrouvons Agnès comme par” hasard” dans le magasin de Béverly, nous décidons  de déjeûner ensemble au Lilys avec ses deux enfants Hugo et Margot.

Un moment inoubliable et une rencontre marquante. Les enfants sont charmants, nos échanges sont fructueux. Agnès nous apporte de l’eau diamant et nous fait un peu de numérologie. Nous tiendrons contact par mail car elle repart le lendemain.

Nous avons acheté les livres désirés à la bibliothèque du I am Sanctuary qui est la fondation de Mr Ballard consacrée au Maître saint Germain, très présent à Shasta parmi la population.

Notre retour à la maison est salué par le carillon géant à l’entrée. C’est la première fois qu’il chante seul sous l’influence du vent. Un oiseau a lancé un bref chant puis s’est envolé ! Dans mon coeur tout est gratitude !

Le carillon est resté actif toute la soirée et toute la nuit. Il a libéré des notes harmonieuses en une rhapsodie interminale !

30 décembre le train est passé plus tôt aujourd’hui avec un wagon de passagers coupant la longue file des habituels “conteners”.

Le soleil revient mais se montre toujours incapable de faire fondre la neige. La montagne reste cachée.

Nous nous offrons une soirée “sushis” en face, chez le japonais, alors que la rue glissante raréfie les passants. Après le repas, nous allons à notre rendez-vous avec Michaël et Nina. Deux êtres extraordinaires qui nous font de grandes révélations.

Le” wing  chime” n’arrête pas de chanter, ce qui nous fait une merveilleuse berceuse pour la nuit. J’ai beaucoup d’expectations pour le lendemain.

31 décembre nous sommes au super marché pour compléter nos provisions quand nous apprenons qu’une prière aux intentions de la terre réunira quelques personnes à Ashland. Nous voulons bien nous joindre à ceux-là desireux nous aussi de prier pour la terre et ses habitants. Nous téléphonons pour avoir l’itinéraire et pour demander les conditions de participation. Aucune condition n’est requise si ce n’est notre bienvenue présence. Toute la matinée sera consacrée au recueillement dans ce but mais nous ne partirons que vers midi.

Le lieu est agréable et accueillant et par extraordinaire les plantes dans la cour sont toutes vertes, fraîches et libérées de la neige. Une prière fraternelle et bien recueillie nous lie aux être vivants de la terre et à la terre elle-même. Nous partageons un frugal repas et reprenons la route pour Shasta où une cérémonie du feu est prévue en soirée.

La pluie qui s’est mise à tomber assez fortement a fait annuler la cérémonie du feu. Il ne nous reste que la maison à retrouver. C’est tout aussi bien. Méroudji et Fabian vont au lit, je vais saluer Béverly et son mari avec Henri. La deuxième pleine lune de décembre appelée blue moon éclaire le paysage solitaire de neige invitant à l’intériorisation en ce moment particulier.

Les première minutes de cette nouvelle année me trouvent devant un feu de bois chatoyant dans le salon de mes hôtes. Nous devisons calmement tout en sirotant notre jus de pommes pétillant en guise de champagne. les voeux échangés et les bonnes pensées envoyées aux nôtres, nous voilà au-dehors nous offrant une séance de pluies d’étoiles.

Ce que nous avons ri! quand le vent nous empêchait d’allumer nos étoiles ! Trois gosses heureux avec le coeur gonflé d’amour pour la vie et pour les êtres !

Le mari de Béverly, Barney, nous a laissés profiter seuls de ces moments, préférant son feu chaud à l’intérieur. Henri, Beverly et moi savourons donc nos pluies d’étoiles en chantant.

Je réveille les enfants pour leur faire mes souhaits et je rentre sous mes couvertures.

A 2hres am fabian vient demander ma lampe de poche et des bougies car à il y a eu coupure après minuit à mon insu. Je lui rappelle la lampe à kérosène qu’il allume et nous patientons sur le canapé du séjour. Après un peu de conversation et de lecture nous sombrons tous deux dans un profond sommeil bien enveloppés dans une chaude couverture.

L’électricité revient à 6hres, du moins je le crois, car c’est le chauffage qui me réveille. Au-dehors la pluie a fait fondre toute la neige et le vent n’arrête pas de tirer du “Chime” des sons les plus mélodieux. Avant notre séance habituelle de cinéma, je commence les préparatifs du départ. je suis un peu triste de laisser les lieux.

L’année a filé mais à Shasta le temps ne se compte pas de la même façon. Les jours sont si intenses que l’on en perd le sens et la durée.

It’s complicated est le nom du film qui sera  l’avant dernier de la série au Mont Shasta. Nous aurons tout vu ! Ce film avec Merryl Tripp nous a fait bien rire malgré son côté sérieux. Le dernier devant être les Chikmuns. Celui-là franchement comique.

Nous laisserons Shasta le 3 janvier, d’ici là nous continuons à nous imprégner de l’atmosphère sacrée qui nous entoure afin de la garder avec nous. Nous allons une dernière fois à la source, boire de cette bonne eau froide et vivifiante et faisons nos adieux à tous.

J’aurai eu le privilège de connaître des gens et des moments merveilleux dans un lieu exceptionnel à une période pour moi sacrée car renfermant l’énergie christique en abondance.

Il me reste le partage et le service après avoir reçu toutes ces grâces; et, c’est ce que je m’appliquerai à faire.

Sep-26-09

Une Splendeur Haïtenne à découvrir

Posted by Nancy

Grotte de Marie-Jeanne est un grand système de grotte située sur la côte sud-ouest d’Haïti dans la ville de Port a Piment. Il est formé sur un petit plateau de calcaire sur la partie centrale au sud du Massif de la Hotte. Il est potentiellement le plus grand système de grottes dans les Caraïbes, avec 1 Kilomètre de passage. Toutefois, une étude officielle n’a jamais été effectuée, donc la longueur réelle du système est inconnue.

Cliquer ici pour en découvrir plus…




Aug-31-07

Impressions de voyage

Posted by Nancy

Berlin est désormais sous verre; impressionnant et froid. Toujours à ressasser les souvenirs de guerre et à vénérer un bout du mur de la honte qu’il offre comme attraction aux touristes.

La promenade sur le Rhin garde un certain charme avec quelques édifices majestueux de style baroque, des arbres et ….une plage amenagée pour la saison sur l’une des rives. Les Berlinois sont heureux de s’y dorer et de proposer aux passants leurs chateaux de sable bien réussis. Peuvent-ils s’y baigner ? J’en doute, cependant en acceptant ce que la Nature leur a donné, leur intelligence a fait le reste. A mon avis c’est l’une des façons d’être heureux.

A Cologne la cathédrale réunit à elle seule tout l’intéret de la ville. L’édifice est d’une telle pureté de style et d’une telle finesse! C’est une immense dentelle de pierre. Malheureusement l’ambiance n’est pas au recueillement et aux abords toutes sortes de petits magasins ont envahi l’esplanade qu’on emprunte pour y accéder.

Cependant quand les travaux de réfection seront achevés j’espère que la belle cathédrale redeviendra un lieu de culte plutôt qu’une visite touristique.

Dresden qui a été la dernière ville allemande à être visitée offre aux touristes beaucoup plus de beautés et d’authenticités, bien qu’elle ait été entièrement reconstruite après la guerre, elle n’a rien perdu de son cachet original.

Vienne, comme toutes les grandes capitales d’Europe désormais, reçoit volontairement ou non des immigrés de différentes nationnalités. Ils lui apportent bien sûr leur désordre et leur négligence mais aussi leur courage pour travailler souvent à des tâches ingrates. Néanmoins, que les habitants soient en certains endroits bruyants ou soucieux, calmes et sereins à certains autres, ils n’influencent nullement la paix et la sérénité qui se dégagent des merveilleuses maisons et de la ville elle-même.

Sissi est toujours présente dans le coeur des Viennois et des touristes. A Schöbrunn son merveilleux palais, elle occupe une grande place. Elisabeth de Bavière n’est pas morte et avec elle, continue de vivre aussi l’actrice Romy Schneider qui a su si bien l’incarnée. Tant et si bien, qu’elle a vêcut également le drame de perdre un fils aimé. Les deux femmes ont succombé pareilles à leur chagrin.

Avec ou sans soleil, dans la brume ou la clarté, Vienne est belle, de cette beauté intérieure que recèle les belles âmes.

Amsterdam s’est encanaillée ! Partout le désordre et la saleté. Les moeurs dissolues s’étalent sans discrétion. Plus besoin d’aller sous les vitrines dans la zone rouge, les filles sont accessibles à votre portée et les hommes aussi. Et pour comble, le cannabis figure sur les objets souvenirs comme symbole de la ville !

Par contre La Haye garde son calme et sa dignité. La ville au tribunal international ne s’est pas laissée influencée par sa compagne tapageuse. Delft perfectionne encore plus son art centenaire de la porcelaine et Madurodam la ville miniature est toujours étonnante.

Bruxelles répare et nettoie ses monuments comme partout ailleurs en Europe. Les chantiers et leurs grandes grues cassent un peu les photos que l’on voudrait parfaites, pourtant sa beauté et son atmosphère sont intactes. L’hotel de ville de la grand-place domine avec sa tour de dentelle devenue blanche depuis les nettoyages. Une note différente qui n’a pas ajouté grand chose à sa splendeur d’antan. Les gauffres, les spéculoos, les couques et le chocolat Côte D’or régalent autant les gourmands.

Les grottes de Han sur la Lesse attirent juste ce qu’il faut de monde pour les entretenir. Elles sont pourtant assez surprenantes ! Elles s’étalent sur plusieurs kilomètres de large et plusieurs mètres de profondeur, traversées par une rivière souterraine assez impétueuse par endroit. Ses pièces de stalactites sont impressionnantes ainsi que ses voiles de pierre. Le coup de canon qui termine la visite donne la profondeur des voûtes répercutant le son. Un spectacle son et lumière vous plonge dans la matrice réconfortante de notre mère la Terre. L’homme a su conserver son patrimoine et l’aménager pour le plaisir des visiteurs. Dommage que les touristes ne respectent pas toujours ces lieux. Han, petite ville belge, sera surtout choisie par les amoureux de verdure, de calme et de curiosités naturelles, sans oublier les montagnes et les forêts que l’on découvre dans les Ardennes.

Si vous y allez un jour, laissez-vous imprégner par l’atmosphère particulière de l’église Notre-Dame; soyez émerveillés par le tour safari avec ses animaux de réserve, mais surtout, surtout pas, ne ratez pas votre bus! Un seul taxi dessert toute la région. Le patron est des plus enjoués, très bavard, très disponible. Mais, son compteur est rapide et facilement vous pouvez avoir un début d’arrêt cardiaque quand il vous mènera à la gare pour 50 euros presque, alors que vous n’aurez que ce dernier billet en poche justement. ( à suivre)