Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Feb-16-12

Un souper mémorable !

Posted by Nancy

Y a-t-il encore des mets si rares qu’ils resteraient comme un souvenir mémorable? Parlant de souper, la première question qui vient  l’à esprit est de savoir quel a été le menu. Cependant mes propos ici ne concernent pas du tout les plats dégustés.

S’agirait-il d’un événement douloureux, d’une dispute ou autre désagréable situation qui nous restent trop longtemps en mémoire!?

Nous avons tendance à ne ressasser que les mauvais souvenirs, nous nous refusons à la joie et au bonheur et nous nous complaisons dans le rôle de victime !

Et bien cette fois vous n’y êtes pas , non pas du tout. Je veux vous relater un souper inattendu de la Saint Valentin.

En partant au travail ce matin après nos échanges de vœux, ma belle-fille me demande de cuisiner quelque chose de spécial pour marquer le jour.

Je ne voyais pas trop ce qui pourrait être spécial au menu et à tout hasard j’ai pensé  à du poisson et à des écrevisses. Ce n’était pas des mets rares, cependant je me creusai la tête pour les accommoder d’une façon différente qui plairait à tous.

Vers midi je reçois la visite d’une amie et je lui offre de lui cuisiner quelques écrevisses et une banane plantain mûre, ce qu’elle accepte gentiment. J’étais si contente de la recevoir! Elle m’a initiée dans le maniement de “word” pour me faciliter les mises en pages de mes écrits futurs; et nous avons causé.

Quand elle fut partie, je me suis mise à demander l’inspiration et elle est venue. Elle vient toujours quand j’en fais la demande !

A six heures de l’après-midi, j’apprends que des invités seront là ce soir. Ce sont des amis du quartier Sabine et Vladimir avec leur fille Satine; cependant il me faut compléter le menu et augmenter les doses bien que Sabine ait pensé à apporter des écrevisses également et du vin.

L’inspiration toujours agissante, je confectionne un menu à l’air appétissant et, aidée de nos amis, nous dressons la table pour nous changer des buffets et du “self-serve” à même le four.

C’est en prenant place autour de la table que nous avons senti ce courant d’affection qui nous liait en ce jour où le monde fête l’amour.Spontanément Sabine a voulu prier pour remercier. Une prière émouvante dans sa simplicité. Je vous la rapporte ici.

Bon Dye, nou di ou mesi pou chans ou ban nou pou nou mange ensam jodi-a. Se yon gras espesial. Nous mande ou benediksion pou sa ki pa la avek gras pou yo ka mange tou. Mesi pou fe nou konpran chans nou. Amen

(Dieu,nous te remercions pour la chance que tu nous donnes de manger ensemble aujourd’hui. C’est un moment privilégié. Nous te demandons de bénir ceux qui sont absents et de leur faire la faveur de trouver à manger. Merci de nous éclairer sur notre bonheur de maintenant. Amen.)

La prière dite et les assiettes servies nous étions dans l’ambiance chaleureuse qui compléta agréablement la nourriture trouvée excellente.

Il n’y avait pas de dessert car on n’a pas eu le temps d’aller en acheter un, ni d’en faire, le souper étant décidé tardivement.

Mais je vous assure que dans le cœur de chacun ce souper restera un souvenir mémorable. Ce fut une des plus belles fête de la Saint Valentin que j’ai eue.

Je n’ai pas essayé d’analyser ce qui a fait de cette soirée un moment inoubliable. Mais je crois qu’elle nous a permis de nous rendre compte de notre connexion en tant que famille humaine et divine. nous avons été à l’essentiel sans concertation. Peut-être est-ce toute la différence.