Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Jan-19-10

Un petit mot pour remercier

Posted by Nancy

je n’ai pas encore l’énergie nécessaire pour reprendre mon récit de Shasta, et vous parler d’une de mes longues nuist après avoir laissé Haïti pour Miami.

Aujourd’hui je veux remercier tous ceux qui m’ont adressé des mots d’encouragement et de réconfort. Cela a été un baume dans ma détresse.Je remercie également le monde entier qui s’est penché sur les besoins d’Haïti après la catastrophe. Mon sentiment d’appartenir à la planète comme à une grande famille s’est confirmé en ces instants.

je vous embrasse tous et chacun du fond du coeur. Tout n’est pas fini et les mauvais moments perdureront encore quelque temps. Cependant en pensant à chacun de vous et à votre amitié je reprendrai courage quand je flancherai.

Que Dieu vous bénisse et vous comble de son abondance infinie

Amicalement

Nancy

Sep-7-09

RATATOUILLE

Posted by Nancy

Pour ceux qui n’ont pas eu le bonheur de voir le film et pour ceux qui peut-être n’ont pas été au-delà de l’histoire, je voudrais ici partager mes découvertes.

Cependant, avant cela, il me faut féliciter l’auteur de ce récit si hautement philosophique pour tout le bien qu’il m’a apporté, ainsi qu’au réalisateur et à tous ceux qui ont contribué à l’oeuvre, ayant compris l’importance du message.

Quels sont les personnages :

1-Un rat, l’acteur principal

2-Un jeune homme un peu simplet au grand coeur

3-Une jeune fille consciencieuse aimant son métier

4-Un usurpateur médiocre à la vision étroite mais à l’ambition démesurée

5-Un critique se voulant une sommité gastronomique.

Découvrons ensemble chacun des protagonistes et faisons suivre chaque description d’une opinion personnelle.

-Au contraire des rats en général, celui dont il est question ici est particulier, car il ne fréquente pas les égouts, ne mange pas dans les poubelles mais plutôt apprécie la bonne nourriture bien fraîche. Il se lie d’amitié avec un humain, engeance réputée être l’ennemie farouche des rats.

Il partage cependant avec ses frères leur intelligence exceptionnelle. Ainsi il peut lire, réfléchir et interroge souvent  le fantôme du grand chef Gusteau, affirmant toujours que tout le monde peut cuisiner.

Opinion personnelle

L’animal est personnifié par son prénom: Rémy. Pourtant il ne parle pas et ne déambule pas sur des jambes mais sur ses pattes. Il fonctionne tout au long du film en tant que rat mais se veut être différent.

Ce fait m’oblige à porter un autre regard sur cet animal dégoûtant la plupart du temps. D’abord, chaque être a droit à la vie fusse-t-il un rat. Mon obligation est de leur concéder ce droit dans les limites des miens, bien sûr. Puis la généralité, ne doit pas faire ignorer les particularités de chaque personnalité les rendant unique.

Ce rat a trouvé une façon originale de communiquer son savoir à Linguini usant de son intelligence avec finesse.

-Linguini lui est un fils naturel de Gusteau qui l’ignore. Il rentre en service sur une recommandation, sans qualification et sans compétence voué à la plonge et aux poubelles.

Opinion personnelle

C’est un garcon gentil, effacé, mais au grand coeur. Accueillant son nouvel ami rat sans façon. Il ne se sent pas humilié du tout de devoir compter sur le rat pour lui enseigner la cuisine. Il s’ouvre aux compétences de son ami sans préjugé.

Il est assez rare d’accepter de quelqu’un de moindre condition que soi le droit d’opiner et surtout la possibilité de montrer le plus que nous ne possédons pas. Son absence de talents culinaires confirme l’influence aléatoire des gènes. Il n’a pas hérité de ceux du père.

-La jeune fille est stricte, compétente et honnête. C’est un caractère fort et généreux.

Opinion personnelle

Symbole de droiture à désirer, de l’amour fidèle dans les bons comme dans les mauvais moments.

Ce trait de tempérament rend la demoiselle tolérante, elle sait voir les qualités et leur donner la priorité tout en pardonnant des écarts ou même des fautes graves.

-Le personnage suivant est l’héritier provisoire de Gusteau. Il attend la fin du délai légal pour obtenir le restaurant, ignorant encore la présence du fils légitime. C’est un humain à face de rat, petit de taille frisant le nanisme, le faisant encore plus ressembler à ces rongeurs dont il tient son avidité et sa médiocrité.

Opinion personnelle

Comme la plupart des médiocres jouissant de certains privilèges, ce personnage est brutal, sans égard pour ses employés, vociférant pour un rien.

Il n’a aucun respect pour la mémoire du chef Gusteau, car il se permet de vendre des saucisses de fabrication commerciale, utilisant l’image de son chef en panneau publicitaire. Cela lui rapporte gros sans effort, tant pis pour les clients, il se contente de ceux qui ne réclament rien de plus.

-Quant au critique culinaire, il se dit au dessus de toute opinion contraire à la sienne.

C’est l’orgueilleux qui se targue de posséder toutes les connaissances, conforté en cela par une presse lui accordant une foi aveugle, entraînant ainsi la conduite du public toujours disposé à croire tout ce qu’on lui fait croire.

Opinion personnelle

C’est l’incarnation de l’outrecuidance profitant de l’ignorance de la majorité pour se dresser sur un trône.

Commentaires

Une série de circonstances fortuites permettent la rencontre du rat Rémy et de Linguini apprenti cuisinier.

Rémy est un chef excellent qui s’ignore encore et dont le talent résulte de sa capacite à suivre ses “feelings”. Il innove, il sent et il crée ayant pour seul guide son amour de la cuisine car c’est un gourmet qui ne vit que, par et pour les recettes.

La collaboration de Linguini et de Rémy s’avère être un succès pour le bonheur des clients. La côte du restaurant Gusteau remonte à tel point que le critique suprême veut constater par lui-même la bêtise des gens ignorants en la matière. A son dernier passage chez Gusteau, son verdict l’avait définitivement  classé : Restaurant pour touristes.

Rémy doit se cacher des humains comme le fait le nègre d’un auteur connu ou un compositeur anonyme pour un grand musicien. Le snobisme du monde a de tous temps cantonné les gens de valeur dans l’obscurité au profit des médiocres aux sublimes apparats.

Quand l’identité de Linguini s’est avérée après un test d’ADN, il subit la haine du prétendu héritier de Gusteau qui, découvrant aussi la présence et le rôle du petit chef Rémy, n’aura de cesse de le dénoncer au service de l’hygiène.

Mais avant cela Rémy connaît l’abandon de son ami grisé par le succès.

La  “rançon de la gloire” ennemie sournoise accompagnant presque toujours la réussite sociale, livrant ses victimes à la fatuité, aux excès de toutes sortes et aux déviances.

Rémy lui aussi subit les effets négatifs du chagrin. Il abandonne ses valeurs et laisse les membres de sa famille voler les réserves de Linguini. Ce dernier tracassé par le remord de sa lâcheté se repent en suppliant le pardon du petit chef. Il se révolte néanmoins en constatant le vol de ses provisions. C’est donc la rupture violente entre eux deux.

Linguini privé de son petit chef avoue son incompétence et la vérité au sujet du rat, se vouant ainsi au mépris de ses employés mais surtout de sa fiancée.

Abandonné de tous, il se voit perdu, dans l’incapacité de satisfaire sa clientèle attendant avec impatience les menus si délicieux du Chef. Le grand critique attend lui aussi d’être étonné par une nouveauté.

Il sera bien plus qu’étonné par la Ratatouille la nouvelle recette du rat, mais surtout il reviendra à une vérité précieuse que je vous laisse découvrir par vous-même.

Je vous laisse également deviner ou voir ce qui a amené le dénouement heureux du film car là aussi il y a beaucoup à apprendre.

Dec-1-08

Odyssée (suite)

Posted by Nancy

Je serai brève sur cette deuxième partie de mon récit. Sachez que Tony a pu utiliser une pièce mise à sa disposition quand nous sommes arrivés sur les lieux. Après avoir renoncé à son jus et mangé plutot mal que bien, le ciel lui a épargné l’inconfort de la voiture pour se changer. Une compensation appréciable vu tout ce qu’il avait déjà enduré et ce qu’il devait encore subir.

En fait, moi je digérais péniblement le mauvais état des routes, mais pour le reste c’était bien. J’ai pu visiter mes deux frères, jouir de la pluie et apprécier l’effort de ceux venus nous écouter. Rudolph était lui aussi content d’avoir tenu bon.

– “Un week-end réussi !” n’arrêtait-il de dire, et en effet il avait raison. Si nous nous étions découragés par le mauvais temps, nous ne serions pas partis et nous n’aurions pas eu la joie de la réussite.

Mais que restait-il a Tony ? Il faudrait le lui demander, car les deux vols, la pluie, les cahos qui l’envoyaient ballotés de chaque côté du véhicule ont eu raison de sa résistance. Cependant, la prochaine fois, je suis certaine qu’il sera le boute-en train du groupe et qu’il passera au camp des taquins pour s’amuser aux dépends de Rudolph !