Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Véra, c’est ma petite fille. Elle a tout juste deux jours depuis son arrivée parmi nous. C’est une âme aventureuse qui tient peut-être de sa grand-mère paternelle ou de son arrière grand-mère également paternelle, c’est peut-être aussi une mise à l’épreuve qu’elle destinait à ses parents. Car elle a décidé tout simplement de naître dans un taxi new-yorkais !

Sa maman n’a pas trop souffert, l’arrivée de sa fille étant assez rapide. Le père s’est montré à la hauteur en ayant les gestes sûrs qu’il fallait. Par contre le chauffeur a paniqué et si ce n’était les instructions des parents il tournait en rond dans la ville.

Véra ma petite-fille, compliments!! tu as choisi non seulement l’aventure mais une sorte de ‘privacy” écartant les grands parents, oncle et tante ne gardant que tes géniteurs pour cette arrivée sensationnelle.

Déjà décidée à bien t’intégrer chez nous, tu n’as pas tardé à te nourrir aux mamelons consentants et pleins d’attention à ton égard tandis que ton papa avec le sens pratique dont il a fait montre, immortalisait ce moment pour te présenter à nous, ta famille terrestre.

Moi ta grand-mère, que tu ne connais pas encore, je t’embrasse de tout mon coeur en te souhaitant la bienvenue dans la famille. Tu es deja profondément aimée, nous te promettons toute la présence et l’affection dont tu auras besoin pour grandir et accomplir ton chemin de vie. Tu nous trouveras toujours présents pour toi et ton grand frère sera heureux de te protéger.

Quand une âme s’aventure dans un taxi, elle seule en connaît la vraie raison  heureusement tout s’est bien passé !!

Dec-27-10

Elaboration…..Destruction

Posted by Nancy

Au moment où les enfants déchiraient l’emballage de leurs cadeaux avec frénésie, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer cette rapide “destruction” au tremblement de terre inoubliable de janvier 2010.

Il nous avait fallu aux parents et moi une bonne partie de la nuit pour tout emballer ! Et cela avait été fait avec tant de soin et d’élégance ! En un clin d’oeil les papiers et les boîtes avaient été déchirés avec rage et empressement.

“L’oeuvre” si patiemment édifiée, tout comme les immeubles construits pendant plusieurs années parfois, s’était volatilisée sans égard pour l’effort, le temps qui y avait été consacré et l’argent dépensé.

Néanmoins, comme le cadeau apparaît sous le papier, avec la joie de la découverte, chaque catastrophe naturelle, apporte de même du nouveau. La reconstruction verra des édifices différents, les mentalités auront changé amenant plus de fraternité dans la détresse et en définitive, tout comme une naissance nécessite une forme de douleur, les changements impératifs décidés par la Nature, se font radicalement, violemment et rapidement; les emballages de l’ancien sont anéantis pour mettre le cadeau à nu.

Il y a donc toujours du positif dans les évènements si douloureux ils puissent ètre. Puisse notre “cadeau” à nous Haïtiens combler toutes nos années de misère, de haine et d’incompréhension. C’est ce que je nous souhaite.

Je viens de lire les nouvelles et de visionner un video montrant les enfants haitiens et leurs parents adoptifs. Dans quelques regards j’ai cru lire une reconnaissance d’âme à âme. C’est beaucoup de joie en cette période après tant de déboires au pays. Ces enfants auront une famille et peut-être retrouveront-ils leur raison de vivre.

je n’ai pas pu m’empêcher cependant de penser à certains parents encore vivants dont l’amour a dicté l’abandon de leurs enfants alors que pour eux c’est encore la misère. Mon coeur a saigné avec eux, mais il a aussi souri; la douleur et la joie se côtoyant.

Il faut beaucoup d’amour pour renoncerà son enfant surtout sans espoir de le revoir, c’est comme s’il mourrai!. Mais ne vaut-il pas mieux le savoir bien et encore assez jeune pour oublier.

Ils devront, ces enfants , vivre la différence. Je fais le voeu, que l’amour de leurs parents adoptifs soit assez fort pour les aider à passer à travers l’indifférence, le racisme et autres plaies causées par l’ignorance. Puisse Noël apporter tant de joie que les coeurs en soient remplis toute l’année à venir.

Jul-23-10

S’il me fallait une preuve…

Posted by Nancy

S’il me fallait une preuve de mon origine terrestre, je la trouverais dans mes pieds. Cet organe qui me supporte depuis plus de 60 ans est à la fois de ma mère et de mon père. Je les retrouve tous les deux quand je les regarde.

Mes pieds sont arqués avec une belle arche plantaire, ils sont solides, petits et costauds avec un “coup de pied” important. Quand il me faut des chaussures, il me les faut larges et ouvertes. C’est l’apport de ma mère. Mon père lui, se retrouve dans mon second orteil. Comme lui, je l’ai long mince à la base et évasé à l’ongle. Sa longueur l’oblige à se plier dans les souliers fermés et menace de fabriquer un oeil de perdrix; mais ce n’est qu’un semblant.

Alors que je me mettais un baume aux pieds, il m’est venu un élan de remerciement pour leur patience à me porter si longtemps et avec tant de fermeté que je peux jouir de la marche aisément. En découvrant le grand service qu’ils m’offrent,  j’ai réalisé la présence visible de cette part de mes parents.

On me trouve une ressemblance avec ma mère depuis que j’ai grandi…,de mon père on dit que j’ai les oreilles et le teint, mais moi, ce soir,je vois les deux, cohabitant dans le même organe en toute harmonie.

Mes parents ne sont plus depuis de longues années déjà, cependant ils vivent en moi et je comprends mieux tout ce que je leur dois. Quand je les retrouverai, je réparerai ma négligence envers eux, car je les ai laissés partir sans leur dire mon amour et ma joie d’avoir été leur enfant.

“Les regrets sont vains et stériles” disait ma mère, voilà pourquoi il faut vraiment éviter d’en avoir. Elle disait aussi, “Quand vous dites au-revoir à quelqu’un, prenez le temps de le faire avec attention, car il se peut que vous voyez cette personne pour la dernière fois”.

Je souhaite à mes lecteurs cette absence de regrets et surtout des instants précieux  de partages.

Dec-6-09

UNE CLASSE PAS COMME LES AUTRES

Posted by Nancy

Une école ordinaire est celle qui suit la normalité c’est à dire où les classes sont dans des salles affectées à cet effet avec un bureau où se place l’instituteur ou l’institutrice devant les élèves.

Celle dont je vous parle fait partie de cette catégorie mais….sa réputation est si bien faite et les parents si contents, qu’ils veulent tous une place pour leurs enfants. La direction ne veut en aucun cas refuser des élèves alors que faire ?

On peut très bien être ordinaire sans pour autant abandonner une certaine originalité

C’est donc une idée géniale de faire de l’escalier une classe idéale pour école encombrée !!

La maîtresse se tient sur le palier, les élèves sur les marches en gradin donc, et le tableau et bien…. lui il sera remplacé par l’ardoise individuelle sur les genoux.

N’est-ce pas une idée lumineuse !

Surtout qu’aucun parent ne trouve incongru de payer des cours dans une école ou leurs gosses seront logés sur des marches d’escalier !

Par contre dans une école publique ils s’asseyent sur des pierres ! Les escaliers c’est tout de même mieux, on peut donc payer pour cela !

En entendant ce fait, relaté récemment par une personne en visite à la maison, je me demande comment je puis encore être sidérée par ce récit, alors que l’inhabituel est chose courante dans mon pays !