Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Mar-8-09

Journée de la femme

Posted by Nancy

J’ai reçu ce matin un mail dont je vous livre ici l’essence.

Aujourd’hui est le 8 mars de l’année 2009 cela fait donc 8+3 = 11/2+9=11

11 qui  représente la lame de la force dans le tarot.

La femme est donc l’être de force dans notre société. Cependant comme elle est aussi la mère, elle allie cette force à la douceur et à l’amour.

Le monde a besoin de nous femmes, soyons disponibles pour entourer, consoler et agir avec amour. Comme par coïncidence force et femme commence par un f.

Bonne fête à chacune de vous.

rose-rose.jpg

Aug-13-08

Cle d'un autre genre

Posted by Nancy

Un petit objet ou un grand, en métal le plus souvent, servant à ouvrir des serrures. C’est la définition de ce que nous appelons clé. Jusqu’ici nous sommes en pays connu. Rendons-nous dans un hôtel et là, nous recevons une carte en guise de clé. Il est vrai que les deux orthographes possible du mot : clef et clé, prédisposaient à ces modifications de l’objet, mais pouvions-nous nous attendre à un bracelet électronique ?! La technologie a fait des bonds spectaculaires, cependant ce bracelet à mon bras, m’a sidérée littéralement. On dirait: soufflée fort, dans le langage argotique et ce ne serait pas encore assez.Cela se passait le week-end dernier où nous étions à Orlando.

Notre hôtel est le complexe conçu par le grand producteur de jeux pour enfants et adolescents NiCKOLODEON, les caractères connus tels : Sponge Bob, Jimmy Neutron, Angelica des Rugrats, Cosmo, Wanda et co, ornent la façade des différents édifices. Dans la suite qui nous reçoit, une grande chambre, un espace avec 2 lits superposés, jeux vidéo et télévision accueillent les gosses avec le chaleureux sourire de Jimmy Neutron. A l’entrée, un petit salon avec un sofa transformable, garni d’un coin cuisine; sans oublier la toilette complète et fournie  d’abondantes serviettes de toutes dimensions. Le tout très confortable.

Pour accéder à ce confort, le fameux bracelet. Chacun de nous en porte un, même les enfants ! Ce sont les plus heureux de pouvoir s’en servir. Ils sont aussi étonnés que nous de cette nouveauté, néanmoins il ne tardent guère à en comprendre le fonctionnement.

Notre bracelet programmé pour le séjour porte le numéro de la suite et d’autres informations personnelles dont j’ignore lesquelles, n’ayant pas le moyen de lire la puce qu’on y a insérée. Le bracelet attaché, plus moyen de l’enlever. Il reste à notre bras même au lit. Heureusement le séjour a seulement duré une matinée et une nuit. Je n’aurais pas pu supporter cette entrave plus longtemps. J’ai pris la peine de découper en petits morceaux les bracelets de tous au retour, cependant j’ai gardé le mien pour pouvoir le décoder quand cela me sera possible.

Je veux savoir s’il aurait pu me retracer si jamais je l’avais coupé à l’hotel. Ce serait intéressant aussi d’avoir la certitude que quelqu’un ne viendrait pas me le réclamer si je l’avais enlevé avant le temps. Peut-être aussi m’aurait-on refusé l’entrée du parc d’attractions dans ce cas.

Ce bracelet, j’ai voulu l’oublié pendant le laps de temps où les enfants s’amusaient. Mais je n’ai vraiment pas aimé l’idée d’être retenue par une attache contrôlée par quelqu’un de la direction dont j’ignore tout. Quand je le sentais sous ma joue au cours de la nuit, j’ai dû faire de gros efforts pour l’accepter.

C’est sûrement pratique pour le management de l’hôtel, car il y a des milliers de gens qui le fréquentent chaque jour, néanmoins cette raison peut amener gentiment les gens à accepter une forme de soumission dont ils ne se rendent même pas compte. Le monde moderne n’est pas forcément idéal à tous les points de vue; aussi, chacun a t-il le devoir vis à vis de lui-même de rester vigilant, afin de choisir le meilleur pour lui, sans considération aveugle de ce qui convient au système. Cela demandera du courage et du renoncement, mais ce sera le prix à payer pour une meilleure santé et une vie plus conforme aux lois naturelles.

Ce sera notre clé personnelle pour nous connecter à l’essentiel ! Pensons-y.

Jan-14-08

La vie Holistique

Posted by Nancy

Voici un extrait d’un livre de Neale Donald walsch, auteur de Conversations avec Dieu, appelé Pratiques de vie

” Parcourir la Voie”, à quoi cela peut il bien ressembler ? De quoi peut bien avoir l’air une vie intégrale et sacrée ? Comment comprendre les messages de tous les grands écrits spirituels et comment les vivre au quotidien ?

Voilà les questions que posent tous les adeptes de la spiritualité. Les réponses nous ont été données à maintes reprises, de bien des façons et de bien de sources différentes. Mais nous ne les vivons pas. Dans l’ensemble, nous n’accordons aucune attention aux paroles de ceux qui pourraient nous servir de guides spirituels. Nous sommes donc égarés. Le monde l’est. Mais nous n’avons plus le temps d’agir dans l’égarement. Le temps file. Pour chacun de nous et pour la famille humaine.

Chaque jour qui passe est pour vous une journée de présence en moins dans votre corps et sur la terre, à accomplir votre destinée. Est-ce clair pour vous ? Est ce bien ce que vous êtes en train de faire ? Où êtes-vous en train de perdre votre temps, de chercher et d’errer encore, de vous poser encore des questions ? Si tel est le cas, s’il vous plaît arrêtez….

Je peux vous affirmer que rien ne fait autant de tort au mécanisme humain, à l’organisme, à cette maison biologique que nous habitons, que ce genre de pensées négatives (les souffrances anciennes qui perdurent à satiété) ou d’émotions non résolues que nous transportons en nous depuis un quelconque ” moment passé ” qui, selon nous, a largement défini à notre place, qui et ce que nous sommes et qui et ce que nous allons être.

Alors, l’une des premières étapes de la vie holistique est le pardon. Et je l’entends de deux façons. Le but de la vie n’est pas de prendre mais de donner; et, jusqu’à ce que nous ayons étalé le baume du pardon sur nos blessures, celles-ci vont suppurer en nous longtemps, après que les cicatrices extérieures auront apparemment disparues.

Nov-12-07

Le Bouclier d'Amour (auteur inconnu)

Posted by Nancy

L’Amour des Maîtres

Que l’amour soit ton bouclier !

Je veux te révéler le sens de cette vie, aimer et être aimé, car ton Père céleste est amour ; car ta Mère la terre est amour ; car le Fils de l’Homme est Amour. C’est par l’amour que les trois ne font qu’un. Tout ce qui existe a été conçu suivant la loi de l’amour qui est sagesse. Le seul chemin qui mène au bonheur est celui de l’amour. Aimer, c’est voir la divinité dans cet autre que tu aimes. Qu’il voit cette divinité en toi est le signe de son amour car la divinité est Amour. Faire la volonté céleste, c’est donner cet amour à tous les êtres. Si tu sais voir la divinité partout où tes yeux se posent, tu ne manqueras de rien. Si tu aimes quelqu’un, tu réponds à l’amour divin à travers celui que tu aimes. Si tu t’aimes toi-même, tu deviendras parfait. Car tu sauras voir l’être divin qui est en toi et tu le manifesteras en purifiant chaque jour davantage ton corps, ton âme et ton esprit. Alors la compassion jaillira de ton coeur. Tu comprendras les peines de tous les êtres, et tu pourras les aider.

Que l’amour soit ton bouclier !

Ne maudis pas celui qui t’a fait du mal. Il n’était pas encore éveillé à l’amour. Sa véritable nature qui est tournée vers le bien ne s’est pas encore révélée. Pardonne-lui afin qu’il puisse comprendre le mal qu’il t’a fait et ainsi s’éveiller à la vie divine.

Pardonner, c’est se libérer de toute rancune et faire confiance en la loi de la justice cosmique. Si tu te libères de toute rancoeur, cette justice se manifestera sous tes yeux. Si tu aimes, tu prends conscience de la force divine qui t’habite et tu peux soulever des montagnes. D’où que vienne l’amour, respecte-le car c’est cette force qui t’est envoyée. Quand tu dis “je t’aime” pense que ce “je” qui “aime” est la divinité en toi. Quand on te dit “je t’aime” pense que ce “je” qui “t’aime” est la divinité en l’autre. Ainsi, tu n’auras plus jamais peur de l’amour. Tu t’y plongeras et deviendras Amour. Tous les êtres méritent de l’amour car c’est cette énergie que tu aimes en eux. Aussi dois-tu voir le bien dans chaque être que tu rencontres et ce bien se manifestera. Ce sur quoi tu portes ton attention se développe toujours. En toi-même, comme en chacun, vois les qualités de l’âme afin qu’elles puissent jaillir pour apporter au monde sa guérison.

Les défauts ne constituent que l’enveloppe, l’apparence extérieure de l’être humain, non son essence. Seul, l’amour permet de pénétrer cette écorce de la personnalité et de découvrir les richesses cachées de l’âme. L’amour traverse les apparences. Si tu veux recevoir l’amour de tous, aime la perfection latente en chacun, ainsi tu aideras chaque âme à se réaliser. L’amour est ta seule richesse inaltérable. Qu’il soit dans ton regard afin que chaque chose te montre sa réalité intérieure.

Que l’amour soit ton bouclier !

Aimer, c’est devenir un avec l’être que tu aimes, et non pas devenir un objet pour lui, ni le considérer comme un objet pour toi. Devenir un avec la personne que tu aimes supprime le rapport de force et permet de vivre dans la vibration de l’amour réalisé. Elle seule peut t’apporter ton épanouissement, en elle, la soif et la faim n’existent plus, et le rapport de force se limite au jeu qui pousse les corps l’un vers l’autre. Il ne déborde plus dans la vie affective ou sociale, et la guerre des sexes, qui est à la racine de toutes les guerres, disparaît. Toutes les formes de guerre ne sont que le reflet de cette mésentente entre le mâle et la femelle dans chaque être humain. Mésentente entre le conscient et le subconscient, entre l’esprit et l’âme, entre les pensées et les sentiments. Unis tes pensées et tes sentiments autour de la voie de l’amour, afin de rétablir la paix à l’intérieur de toi-même. L’homme et la femme en toi seront réconciliés et ne feront plus qu’un. Alors tu verras s’accomplir le souhait de ton coeur. Alors seulement tu reconnaîtras l’être qui aura fait le même travail que toi pour permettre d’établir la paix en lui comme dans le monde. Alors seulement tu pourras devenir un avec lui. Quand deux âmes ne font qu’un, elles se comprennent d’un seul regard. Gestes et paroles deviennent inutiles pour elles. Souviens-toi toujours de ceci : ce que tu établis à l’intérieur de toi-même se matérialise à l’extérieur. Le monde des causes est en toi. Installe en toi l’amour, marie ton corps à ton esprit.

Que l’amour soit ton bouclier !

Ne te demande pas et ne demande pas si l’on t’aime. Douter de l’amour que l’on te porte, c’est douter de la force de vie elle-même. C’est aussi absurde que de douter de la levée du jour après chaque nuit. L’amour te protège en toutes circonstances, alors ne crains jamais de trop aimer. Le monde a besoin de ton amour et l’on n’aime jamais trop. Chaque graine d’amour que tu sèmes te reviendra multipliée. Laisse la liberté à la personne que tu aimes, apprends à aimer comme aime le soleil. Il répand sa chaleur sur tous sans distinction. Il n’attend rien en retour. Et nul ne peut l’éteindre.

Transforme en amour la jalousie qui, comme le doute, détruit l’amour. On manifeste aussi ce que l’on craint, car le doute, de manière égale au désir, a pouvoir de création dans ton imagination. Le véritable amour bannit le doute, il ne peut que grandir. Il apporte la santé, l’abondance, la connaissance et la paix. Nul ne peut l’offenser. L’amour fait acquérir les qualités, les défauts de l’être aimé. Car l’amoureux fixe son attention sur celui qu’il aime. Exerce-toi de voir que les qualités en l’élue de ton coeur. Ainsi tu les manifesteras toi-même et tu l’aideras à dissoudre ses défauts. Le diable mourra de ton indifférence. L’amour ne se venge jamais. Trouve en lui la force d’aimer le divin caché dans ton ennemi. Il se transformera sous tes yeux en ami. Au lieu de descendre à son niveau en cherchant à te venger du mal qu’il t’a fait, tu l’aideras à monter vers la lumière qui brille en toi. L’amour est miséricorde.

Si la pensée de quelqu’un demeure en toi, tu sauras que tu es aimé de celui-là. L’amour est confiance absolue. Ton amour n’est pas vrai si tu admets que l’être aimé peut te faire du tort.

Que l’amour soit ton bouclier !

L’amour est patience et don de soi. Il fait entendre la musique de l’univers. Si tu t’y opposes, tu souffriras. Laisse-le couler en toi, il est vie éternelle. Le seul but du travail de régénération est de te transformer en canal parfait de l’amour. Ce corps grossier deviendra corps divin afin de te révéler les degrés supérieurs de l’amour où toute contradiction s’évanouit. L’amour s’apprend. Commence par aimer de ton mieux une personne que tu entoureras de tes plus belles pensées puis étends cet amour peu à peu aux autres, sans cesser d’aimer la première. Ainsi tu deviendras un avec toute l’humanité et tu auras réalisé ta mission sur cette terre.

Que ton amour s’étende à tout ce qui vit, à tout ce qui t’entoure. La vérité se dévoile devant l’homme de l’amour. L’amour est nourriture pour ton âme. Si tu cesses de t’en alimenter, tu perdras la vie. L’amour divin est la force magique qui accomplit tous les miracles. Lui seul peut te laver et te libérer de tes chaînes. Ne cherche pas ailleurs la pierre philosophale des alchimistes. L’amour est ta baguette magique. Il rend le mal impuissant, il établit le règne du bonheur, il apporte avec lui tous les biens: la vie, la santé, la beauté, la réussite, il te les donnera. Aime d’abord et tu seras aimé, et l’amour te couvrira de ses bénédictions. Tu apporteras la joie autour de toi. Tu donneras et recevras la vie en abondance. Près de toi les malades guériront. L’amour est la science de toutes les sciences. L’intelligence sans amour n’est que sottise.

Que l’amour soit ton bouclier !

Dès que tu aimeras, le sens de l’amour te sera révélé. L’amour est l’eau qui arrose le jardin de ta vie et lui donne fleurs et fruits. Accepte-le pour que tes oeuvres soient grandes et puissent contribuer à l’évolution de l’homme. L’amour est harmonie et liberté. Jette tes faiblesses à son feu, elles se transformeront en forces. Seule la pureté qui est perfection permet à l’amour de demeurer. Si tu veux rester pur dans tes pensées, dans tes sentiments et dans tes actes, tu t’opposeras aux grands courants contraires et cela risque de te faire souffrir mais sache que cette souffrance n’est qu’un prélude à l’amour. À ce moment-là, garde en ton coeur la reconnaissance pour chaque petite joie que tu reçois au long des jours. Ainsi tu prépareras ton organisme à supporter les gigantesques vibrations de l’amour divin qui ouvrira tes sept étoiles.

Seul ce qui a été accompli avec amour demeurera car ton Père céleste est Amour; car ta Mère la terre est Amour; car le Fils de l’Homme est Amour. C’est par l’amour que les trois ne font qu’un.

Que l’amour soit ton bouclier !

– Ce texte est une transcription d’une cassette audio. L’auteur est anonyme.

Le Bouclier d’amour (MP3 audio)

Aug-3-07

Service et Merci

Posted by Nancy

Service et Merci

Ce matin en me réveillant, j’ai été nourrir les canaris de la maison et le petit poisson combattant. Les oiseaux ont émis un cui-cui différent de leurs pépiements habituels et mon cœur a su qu’ils me remerciaient. Tandis qu’Alexander le poisson qui se gonfle à la moindre approche d’un doigt à travers son bocal, m’a regardée avec acceptation. Dans ce regard silencieux, j’ai aussi reçu un merci.

Le rosier à l’entrée, fleurit à chacune de mes visites. Cette fois encore il m’a offert son unique rose, puis il s’est dépêché de renouveler activement son feuillage. C’est sa façon de me renvoyer l’amour que je lui prodigue et m’en remercier. Ces gestes affectueux de ses êtres autour de moi m’ont ramenée à mes frères humains pour constater leur attitude négative souvent l’un envers l’autre, avec des fois une certaine hostilité. Ils traversent leurs instants avec un tel souci de gagner de l’argent !
Ils en ont toujours envie et même d’une façon compulsive ! Cette âpreté à vouloir en gagner les dispose à considérer les dépenses comme un manque à gagner bénéficiant injustement à l’autre. L’objet de leur désir ou de leurs besoins doit donc coûter le moins cher possible avec la meilleure qualité qui soit. S’établit ainsi une lutte insidieuse envers l’autre qui devient l’ennemi potentiel à rouler avec une douceur hypocrite ou des ruses malicieuses.

Cependant, quand ces hommes et ces femmes de la planète s’approvisionnent dans certains milieux restrictifs comme les supermarchés, les magasins chics et autres… Ils enragent de devoir céder et transportent chez eux leurs aigreurs. Peut-on s’attendre à un merci de la part de ces humains ?
La nourriture préparée à leur intention leur est due, le silence affectueux de leurs gosses obligatoire, et l’argent ramené à la maison va de soi. Aucun merci pour l’ouvrier qui a exécuté un ouvrage non plus ; n’a-t-il pas reçu l’argent demandé ?

Ceci me porte à réaliser, comment nous associons le service invariablement à l’argent. Nos remerciements iront plus spontanément à ceux qui ne demandent rien pour leur service. Les autres n’ont besoin de rien d’autre, car ils sont rémunérés. Il y aura bien sûr une formule polie accompagnant leur salaire à laquelle on n’accordera aucune importance et même on lui ajoutera en silence ou non : vous ne m’avez pas rendu service vous avez été payé.

L’habitude de remercier ma servante pour la nourriture cuisinée m’a été inculquée lors d’un séjour chez les parents d’une compagne de classe. Après le dîner pris en famille, tout le monde remerciait la cuisinière. Pourtant c’était une salariée ! Mais elle méritait bien plus.

Alors que ces petits êtres qui m’ont remerciée ce matin ont été si spontanés et si vrais ! Et dire que nous les considérons comme nos inférieurs ! Nous aurions intérêt à suivre leur sagesse et leur amour inconditionnel. Quel plus merveilleux pourboires que leurs mercis !

En fait, le service, qu’il soit payant ou non est un échange non monnayable pour ce qu’il offre.
En voici un exemple :

Vous désirez une montre, pour son usage pratique mais aussi pour l’assurance qu’elle vous procurera. Pour la joie de posséder un objet convoité. Arrêtons-là les avantages psychologiques et pratiques que cet objet-bijou aura la possibilité de satisfaire, la liste en serait trop longue. Après quelques mois, vous voilà en train de vous l’approprier avec votre monnaie d’échange. Dès qu’elle touchera votre poignet, l’émotion sera indescriptible et c’est avec votre cœur que vous en ressentirez les bienfaits. Croyez-vous que c’est seulement l’argent qui vous a procuré cette joie ! Le pourrait-il ? J’en doute. De plus, que faites vous du sourire offert par le vendeur en se mettant à votre service, anticipant ainsi sa participation à votre contentement ? L’argent, là encore n’a pas sa place avouez-le. Je sais bien que les sceptiques justifieront leur attitude en la croyance que l’amabilité est conditionnelle. Pourtant ils sauront bien faire la différence car leur cœur le leur dira.

Nonobstant cette obstruction possible, je verrai plutôt l’argent comme un outil indispensable au service. Envers vous d’abord, puis vis-à-vis du vendeur et en dernier lieu au propriétaire du magasin.
Est-ce donc si difficile de voir d’abord le service autour de soi ? Vous est-il impossible de vous réjouir d’avoir été l’artisan du bonheur de l’autre, si infime que puisse être votre part !
Offrez-donc votre rose avec votre cœur pour dire merci, non seulement quand vous recevez mais aussi quand vous donnez, car c’est encore une joie de pouvoir le faire. Le monde n’en sera que plus beau.

Tags:
Jul-5-07

L'Afrique La terre mere

Posted by Nancy

Chez nous, quand nous évoquons l’Afrique en tant que mère patrie, cela a toujours été avec la connotation de revenir aux origines de nos mères africaines esclaves, déportées du continent noir pour servir le colon blanc et subir ses caprices.
En ces temps là, nous n’étions pas des enfants désirés la majorité des fois. Nous subissons encore l’opprobre des noirs et des blancs qui à  tour de rôle nous reprochent d’exister pour leur rappeler, leurs misères d’un côté et leurs concupiscences de l’autre. Aujourd’hui cependant, j’ai la joie de découvrir à travers un documentaire, la forme d’un pied dans le continent africain.

Cet aspect qui m’apparaît pour la première fois m’apporte des conclusions plus réjouissantes et plus grandioses. A savoir :

Ce continent que l’ont dit être le lieu où les premières races humaines ont apparu, porte en lui les bases de la vie. Il nous enracine à la terre, la planète nourricière, tout comme le font nos pieds. Si nous souffrons des pieds, c’est tout le corps qui s’en ressent. Tandis que nos pieds captent les courants telluriques pour nous harmoniser avec la nature, ils nous apportent les bienfaits de la terre, de la rosée, de l’eau. C’est par les pieds que la force nous vient. Il est donc indispensable que nos pieds soient en santé et confortables.

Nous ne pouvons nous sentir bien quand l’Afrique souffre, quand son peuple vit dans les affres de la faim, la soif, et les tourments de la guerre. Le continent entier nous est nécessaire, il est nos pieds, ceux de la planète toute entière. Nous avons besoin de nos pieds pour avancer et évoluer. Toutes les souffrances infligées à l’Afrique sont comme les cors insupportables, les oeils de perdrix, les champignons, les ongles incarnés, les pieds bots et autres malformations du pied et tous les maux dont ils peuvent souffrir et qui nous handicapent.

Le monde se porte mal car il ne peut reposer sur ses pieds, il est sur des béquilles branlantes. Soignons nos pieds, soignons l’Afrique. Aimons nos pieds, remercions-les pour leur service et chaque fois que nous le faisons, envoyons des pensées d’amour à tout le continent africain, il le mérite et il attend note amour. Notre corps ne peut atteindre le bonheur sans nos pieds, nous ne pouvons être heureux en sachant l’Afrique aux abois,

Tags:
Apr-8-07

Les Chaines de L’esclavage

Posted by Nancy

Ces derniers temps, on a beaucoup parlé d’esclavage, d’excuses à faire au monde noir, de pardon; bien que plus faible pourtant cette voix demandant le pardon. Cependant mes réflexions concernant le sujet se veulent plus pertinentes. Je n’ai pas cessé d’y penser depuis qu’il est revenu en force dans certaines consciences. Je me souviens de mes colères enfantines à l’étude de l’histoire de mon pays, mes rages d’impuissance devant le massacre des Taïnos d’abord, puis mes révoltes à lire les vicissitudes de mes ancêtres noirs martyrisés par mes ancêtres blancs. Puis j’ai grandi… Je ne comprends toujours pas ce désir d’asservissement qui habite l’homme envers ses semblables quels qu’ils soient. Poutant, je me suis mise à reconsidérer le mot chaîne et esclavage qui lui est lié, et j’en suis arrivée à une forme de conclusion que je qualifierais de provisoire néanmoins, en attendant que je puisse traduire d’autres réflexions qui m’apporteront peut-être d’autres réponses.

Nous avons pris l’habitude de voir l’enchaînement sous forme de chaînes physiques palpables et visibles, mais que dire des entraves invisibles, mais sûrement encore plus réelles, que nous nous mettons nous-mêmes ? De l’esclavage dans lequel nous nous complaisons? Ne comprenez-vous pas de quoi je veux vous parler? Peut-être parce que vous ne les voyez pas comme des chaînes, peut-être aussi parce que vous n’y pensez pas, vous contentant de vous plaindre de leurs effets sans en chercher les causes. Car, les mauvaises habitudes, l’alcoolisme discret ou non, les orgies sexuelles, les drogues, le tabagisme, les déviations de toutes sortes ne sont-ils pas des chaînes plus solides qui nous enlèvent notre liberté, de manière encore plus efficace ! ? Et qui nous les a mises ? Certaines habitudes comme par exemple : toujours s’asseoir à une même place ou porter les mêmes couleurs de vêtements, ne pas pouvoir se passer de vin ou d’eau glacée, utiliser des produits de soin ou de toilette sans jamais en changer, et j’en passe… Elles semblent toutes anodines, pourtant elle nous enferment et nous rendent esclaves. Le monde ne pourra jamais prendre de décret pour marquer leur abolition, ni faire des excuses ni même demander pardon.

Les dégats occasionnés par leurs nuisances à notre santé morale, notre équilibre psychologique, notre santé physique sont le plus souvent irréversibles. Certains seront torturés par leur faiblesse de volonté les maintenant dans leur esclavage. D’autres s’en contenteront par manque de courage, d’autres encore par masochisme. Les chaines doivent s’enlever par vouloir personnel, qu’elles soient physiques ou morales, les premières devront l’être par des luttes armées, les secondes par des luttes phsychologiques. Mais la bataille ne pourra jamais être gagnée par nos propres moyens seulement. Il nous faudra toujours un ensemble d’aides. Les esclaves s’étaient unis aux mulâtres, à quelques blancs et aux indiens, pour obtenir la tombée de leur chaînes. Il sera impératif de coaliser avec des partenaires éducatifs, des guides moraux, des parents affectueux, des amis, pour maîtriser et enlever les vilaines chaînes que sont nos tares. Elles seront remplacées par l’amour de soi et l’amour des autres pour combler le vide qui ne manquera pas de s’installer au départ de ces monstruosités incrustées par le vide affectif.

L’Amour est le seul garant de liberté dans tous les sens du terme.