Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Aug-5-12

Paon Bleu

Posted by Nancy

Voici un chef-d’œuvre de la nature assez rare mais qui pour une raison inconnue parcourt les rues de ma capitale.

Cependant cette photo a été prise en Floride.

Deux visiteurs ailés en admiration.

Jun-8-08

Naissance d’un quartier

Posted by Nancy

La première fois que je vis Silver Shores, c’était pour le Grand Opening d’une communauté prochaine dans la ville de Miramar. Des gens se rendaient en foule pour choisir emplacement et modèle de leur future maison. Nous étions parmi ceux-là. J’accompagnais mon fils dans sa nouvelle acquisition qui se révélait être une étape d’un autre ordre, puisque d’un town-house il allait expérimenter une maison individuelle.

Aux Etats-Unis, les maisons particulières ne sont pas permises à tout un chacun, les gens habitent plutôt des appartements. Cependant, le projet d’une ville neuve ayant un caractère méditerranéen avait germé dans l’esprit des bâtisseurs avec l’accord de leur gouvernement. Il fallait rendre accessibles à une majorité des maisons individuelles cadrant davantage avec la nouvelle conception.

Ce qui me plait de vous relater est la naissance de cette communauté que j’habite en Floride en alternance avec ma résidence haïtienne.

Mon fils a été le premier à loger dans la parcelle B de Silver Shores. Je me souviens avec assez d’acuité du vaste chantier autour de nous. Des bruits incessants et des corneilles gourmandes qui s’amusaient à éventrer les sacs poubelles devant la porte. Aucun service de voierie n’était encore en place. Il nous fallait nous rendre ailleurs pour déverser les sacs. Cependant, les oiseaux ne nous accordaient aucun répit s’il nous arrivait de paresser pour jeter les ordures. Quand mon fils n’était pas disponible certain jour, je me chargeais de les chasser pour lui donner le temps. Néanmoins, souvent ils me devançaient et c’était la corvée inévitable !

Notre jardin était souvent envahi par les ouvriers qui venaient s’approvisionner en eau ou parfois juste se reposer. Partout les matériaux de construction empêchaient ce bienfaisant répit. Cette opportunité de trouver une certaine forme d’accueil ne fut pourtant pas le souci de leur reconnaissance quand ils eurent chapardé notre tuyau d’arrosage. L’indélicatesse de quelques-uns priva les autres de ce bienfait, car les responsables interdirent désormais notre cour aux ouvriers, après avoir reçu nos doléances.

En moins d’un trimestre, les voisins s’amenèrent et le cul de sac fut occupé. Le travail de construction me fascinait. Jamais je n’avais connu une telle technique ! L’armature de la maison était constituée de poteaux en fer sur lesquels étaient déposées des poutres en bois. Les murs creux s’élevaient d’une fondation en béton puis se recouvraient de plâtre. Plancher et plafond s’élaboraient sur cette base. Les fils électriques et les conduits de téléphone couraient dans les espaces à combler avant d’etre intégrés dans des tuyaux en plastique.

Tous les toits sont ornés de tuiles rouges s’harmonisant avec les beiges, les roses et les ocres des maisons. Un jardinet garni de palmes disposés en triangle accueille à la façade où court un buisson d’hibiscus. Mis à part de rares changements de plantes, tous les jardins offrent la même allure. Les façades des maisons diffèrent pourtant s’il s’agit, de Bentley, de Savoy, d’Avallon ou de Graham, soient les modèles proposés.

La manie uniformisatrice de l’Amérique, par souci d’égalité peut-être, avait réuni une majorité de Bentley dans notre parcelle, à notre grande déception. Nous pensions vraiment qu’une maison individuelle nous redonnerait cette originalité haïtienne à laquelle nous aspirions même en terre étrangère. Enfin il fallut bien accepter l’évidence du pays qui nous recevait.

Matin et soir je faisais de grandes promenades m’ébahissant de la rapidité des constructions dans les rues avoisinantes. En même temps que les maisons s’érigeaient, les trottoirs se construisaient. Aux bords des allées piétonnes étaient déposés des arbres adultes retenus par des cordes fichées en terre. Cela aussi m’étonnait grandement, je ne croyais pas qu’un arbre puisse prendre racine passé l’âge adulte. Tous les arbres étaient pareils. Je me réjouissais de ma chance d’avoir plus de liberté dans mon pays. Pourtant une certaine harmonie se détachait de l’ensemble et mes promenades me valaient quelques sympathiques saluts. Cela aussi me changeait de l’habituelle indifférence américaine. Des personnes chaleureuses faisaient oublier les autres qui n’avaient rien à offrir, il y avait l’espoir d’une véritable communauté.

Mon récent voyage d’Europe m’a apporté cette certitude du changement dans le monde. Les gens se reconnaissent frères, il semble. Pour la première fois je sentais l’affection de ceux que je rencontrais ; à Paris surtout, qui malgré tout avait l’air de s’humaniser.

Un lac artificiel donne l’illusion d’une plage à certains riverains et les grandes fougères complètent le décor voulu méditerranéen. L’Amérique avait mis l’Europe dans ses murs !

A suivre

Jan-2-08

Un debut venteux.

Posted by Nancy

En me mettant au lit hier soir, j’ai entendu les gémissements du vent à travers la vitre des fenêtres et j’ai été très contente d’être bien au chaud sous mon toît.

Au cours de la nuit j’ai été réveillée par ses hurlements effrayants, comme un être subissant la torture. Rien ne laissait prévoir un tel déferlement, et la nuit n’a pas suffit au vent pour exprimer sa souffrance. Regrette-t-il l’année écoulée ?

Il vient tout juste de s’apaiser laissant à sa suite un temps froid. Un froid vif et pénétrant. C’est la surprise que nous réservait la Nature après un Noël passablement chaud. Nous voilà donc en Floride sous des vestes chaudes et des pantalons doublés ! Il y a malgré tout du soleil, mais ses ardeurs sont temperées ce matin et bienvenues. C’est exactement la température que j’aime.

Ainsi commence janvier, annonçant peut-être que le réchauffement de la planète et ses perturbations sont bien réels. Je crois que partout dans le monde beaucoup ont dû vivre des transformations inattendues.

Il n’est peut-être pas trop tard pour y penser, mais il est temps de changer notre comportement pour aider notre terre à mieux vivre.

Tags:
Apr-1-07

Boat People a nouveau

Posted by Nancy

La chaine de RFO Fr3, Ô quotidien a diffusé les images navrantes de mes compatriotes débarquant sur les côtes de la Floride. C’était comme un fait divers. Cela fait si longtemps qu’ils se jettent à l’eau au propre comme au figuré ! Aucune action n’a encore été entreprise pour qu’ils aient du travail et un logement décent au pays ou ailleurs. On parlait plutôt des expériences avilissantes pratiquées sur les boat people arrêtés et entreposés à Guantanamo. Cependant j’ai retenu que les garde-côtes ont été morigénées par leurs supérieurs pour les avoir laissé passés jusqu’aux rives américaines. Je vous laisse le soin des commentaires.

Passez un très bon dimanche, sans oublier d’avoir une pensée pour nos frères en détresse.

Mar-31-07

Boat People

Posted by Nancy

Les gens du bateau, ou bateau du peuple, traduisez le mot comme vous l’entendez, il ne vous donnera jamais la vraie signification de tout ce qu’il contient. Car vous ne penseriez peut-être pas y mettre des assassinats, des noyades accidentelles, des abandons, des captures et des renvois, en plus du dépouillement de tous ceux qui peuvent être rangés sous ce vocable, par leur compatriotes passeurs.

la télévision annonce périodiquement l’action des garde-côtes américaines qui interceptent les frêles embarquations d’Haïtiens voguant vers la Floride. Il n’y a pas longtemps une centaine a débarqué sur la plage de Hallendale, causant beaucoup d’émois dans la population. Après les avoir nourris et soignés ils seront rembarqués. La déception se mêlera à leurs souffrances et ils reviendront encore plus pauvres qu’avant. Au pays on les enfermera en prison comme des malfaiteurs et ils croupiront dans la crasse et la malnutrition, pour avoir voulu vivre mieux. Ce mieux hélas, pour ceux qui réussiront à en réchapper, sera un esclavage déguisé. Assez, assez, grâce, pitié !

Hier à une émission sur une des chaines françaises, c’est le calvaire des Somaliens et des Ethiopiens qui y était montré. Le journaliste a vêcu l’enfer de ces boat people pour interpeller le monde sur la barbarie organisée sous le regard de la police. Il a eu le courage et l’héroisme de filmer, dans des conditions périlleuses, la traversée de ces gens vers le Yémen. Il a pu atteindre la côte yéménite par miracle avec un groupe de naufragés. Car les passeurs, quand ils ne tuent pas les malheureux pour les dépouiller de leur maigres avoirs, en dépit du fait de toucher $4o dollars pour le prix du passage, ils les jettent en mer à l’approche des côtes. Seuls ceux qui savent nager atteindront cette sorte de hâvre.

Les gens savent qu’ils paient pour une mort presque certaine. Ils s’y risquent malgré tout car ils sont désespérés. Leur pays ne leur offrent rien et leurs compatriotes sont trop heureux de les tuer et de les voler. Ce journaliste a voulu crier vers les Etats-Unis, qui s’est érigé en chef du monde, Ils s’étaient déjà impliqués en Ethiopie pour mettre au pouvoir le gouvernement actuel, ils pourraient intervenir pour rétablir l’ordre comme ils prétendent le faire partout. Faisons le voeu que l’appel sera entendu pour les Ethiopiens et les Somaliens. Personne ne semblent vouloir intercéder pour nous les Haitiens. Il y a bien un groupe qui proteste maintenant en Floride contre le renvoi de la centaine fraîchement arrivée, mais, qui l’écoutera ?

Chers amis du net, cela vous est-il arrivé de penser que la terre n’appartient à personne et que ceux qui se l’approprient sont des anarchistes. Que s’il y a autant de pauvres c’est parce-que certains se sont enrichis en dépouillant les autres comme ils continuent de le faire car le créateur a placé assez de richesse sur sa planète pour tous. Chacun devrait pouvoir se trouver un coin pour vivre dans la discipline et le respect des autres sur cette terre. Aucune loi divine n’impose une patrie de force à quelqu’un. De la même façon les prédateurs ont jugé bon de se doter de territoires là où leur force en a imposé, tout le monde devrait pouvoir vivre en paix sur la partie du globe qui lui conviendrait mieux.

Le temps n’est-il pas venu d’agir de facon concrète  pour que cesse l’injustice ! l’engagement de le faire doit être pris par chacun en son âme et conscience. Ce n’est pas par la force qu’on arrivera au changement, la révolution n’a jamais donné de changements durables. A l’heure où l’on parle de développement durable, il est temps d’évoluer, d’avoir des regards nouveaux, de sortir de notre égoïsme, de regarder l’autre comme un frère, et la terre comme la patrie commune à tous; nous y avons tous droit.

Mar-29-07

Arc-en-ciel

Posted by Nancy

Vite, vite dépêche -toi avant qu’il ne s’en aille ! Sous cette injonction impétueuse, je me précipite au-dehors et là, stupéfaction ! Ils étaient deux en de parfaits cercles concentriques, immenses, lumineux; sous le chaud soleil de Floride.

arc-en-ciel

Des arcs-en-ciel extraordinaires, et par leur présence insolite, et par leur grandeur. Comment se fait-il que leur apparition n’ait pas été précédée de la pluie comme à l’ordinaire ? Et pourquoi deux ? C’était ma première expérience du genre, mais ce ne fut pas la dernière.

Je rentrais chez moi un après-midi d’un mois de mars. Il devait être 5h 30 car le soleil commençait à disparaître. Quelques mètres plus loin, la circulation ralentit ; ne pouvant vraiment avancer, nous avions toute latitude ma fille et moi de regarder le paysage, c’est alors qu’elle attira mon attention sur un point particulier de l’horizon : ” Regarde la-bas !” A ce moment précis, un ami m’appela au téléphone, me demandant si j’avais vu l’arc-en ciel dans la brume du couchant. Cependant, alors qu’il n’en n’apercevait qu’un, ma fille et moi en décelions un deuxième. Ils n’avaient pas les grandes dimensions de ceux de Miami, mais ils offraient assez de netteté dans les nuages. Leur vue nous fit du bien, pendant quelques instants, nous oubliions les véhicules autour de nous et l’embouteillage.

Ce phénomène naturel, surprend toujours quand il est apercu. Il apporte de la joie et un sentiment particulier de vivre en dehors du temps, quelque chose de merveilleux. Je comprends pourquoi il est le symbole d’heureux présages ! Ces sept bandes de couleurs régulières apparaissent sans annonce aucune et pas toujours après la pluie. Leur particularité leur vaut beaucoup de respect chez les humbles gens de chez nous, à moins qu’ils soient dépositaires de secrets révélateurs. Ils s’offusquent toujours de voir pointer du doigt un arc-en-ciel et ils racontent qu’une personne qui s’emparerait de son bonnet tandis qu’il s’abreuve à une rivière, deviendrait riche pour le reste de sa vie. C’est peut-être leur façon de confirmer le rôle porte-bonheur qu’on attribue à l’arc-en-ciel.

Ce qui suit, m’a été rapporté par un de mes fils se trouvant sur une route nationale avec son oncle. Cette fois encore c’était l’après-midi et le spectacle saisissant d’après ses dires. La voute céleste, partagée en deux par un arc-en-ciel faisant un angle de 180 degré et visible sur toute la longueur de l’angle. D’un côté des nuages noirs, de l’autre la clarté. Ne dirait-on pas la lutte de la lumière contre les ténèbres avec les couleurs de l’arc comme bouclier invincible ? Ils avaient eu la sensation d’assister à une étrangeté qui n’avait aucun rapport avec les conditions atmosphériques.

Récemment, j’ai été témoin d’un événement particulier également. Nous étions plusieurs dans une jeep sur la route conduisant aux Gonaïves. L’heure, sensiblement la même que lors des précédentes apparitions. Dans le ciel, de gros nuages blancs se nimbaient des couleurs du couchant. Tout à coup, sortant de l’un d’entre eux, une coulée d’or, bordée d’un pan de lumière blanche. Dans la blancheur précise, éclata un autre soleil. Le spectacle dura une bonne vingtaine de minutes. Cette fois, les sept couleurs s’étaient réunies en un blanc lumineux réfléchissant le soleil. Le rayon d’or, je ne me l’explique pas encore. Mais il y en tant d’interrogations en moi !

Quelqu’un eut à dire que l’arc-en-ciel nous liait au ciel. Avait-il raison ? Peut-être. Cependant, ce qui est sûr, c’est qu’il ne laisse personne indifférent. Moi je crois qu’il donne du bonheur et la certitude de jours meilleurs. Il amène le beau temps qui vient toujours après la pluie. Je souhaite à chacun d’entre vous, un arc-en-ciel de lumière et toutes les couleurs dans votre coeur.

Tags: ,