Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Oct-22-12

Symbolisme de la Rose

Posted by Nancy

Voilà une lecture qui a changé mon regard sur la rose et la valeur de son symbole, j’espère que certains pourront eux aussi en apprécié le contenu.

“Ne cherchez plus,Messieurs l’expression symbolique de l’idée divine, elle est créée depuis soixante siècles par les Mages d’Égypte, Hermès-Tot en a fixé les deux termes. Le premier c’est la rose car cette fleur présente une forme sphérique symbole le plus parfait de l’unité et parce que le parfum qui s’en exhale est comme une révélation de la vie.

 

Cette rose fut placée au centre d’une croix, figure exprimant le point où s’unissent les sommets de deux angles droits dont les lignes peuvent être prolongées à l’infini par notre conception dans le triple sens, hauteur largeur et profondeur. Ce symbole eut pour matière l’or qui signifie dans la science occulte lumière et pureté. Le sage Hermès l’appela Rose-Croix, c’est à dire sphère de l’infini.”

Apr-6-12

une fleur très particulière de Jacmel

Posted by Nancy

è

Tags: ,
Jul-2-11

Quelques pensées bienfaisantes

Posted by Nancy

Voici ici les pensées que j’ai lues ce matin au réveil et l’inpiration m’est venue de les partager avec vous mes amis

Reconnais l’appel même dans la chute d’un pétale de rose. La vie est pleine d’appels; le feu t’amène au sommet des mystères.

Le sourire du soleil au-milieu des nuages amène le radieux arc-en-ciel. Tu te souviendras de l’Aura de l’instructeur souriant dans la rosée du futur jour de gloire.

Un miracle se réalise sans avertissement; mais rien n’arrive par hasard.

Oui,oui,oui chaque mot d’unité est comme la semence d’une jolie fleur. Chacun peut cultiver un jardin de beauté. Mais où sont les jardiniers qui peuvent juger la qualité de la semence?

Nous leur montrerons comment prendre les meilleures boutures. Nous arracherons les mauvaises herbes. Et Nous ornerons de fleurs le sol où Dieu s’est manifesté.

Mais là où sont les fleurs d’unité garde, garde leurs pétales oui oui oui.

Tu réaliseras le bonheur en temps voulu. Le brouillard enveloppe le pied de la montagne mais le sommet brille toujours dans la gloire du soleil. Sous les rayons, le brouillard disparaît et tu vois mon Amour.

Tirées de : Les Feuilles du jardin de Morya (l’Appel)

A travers cette fenêtre d’Astoria, j’admire une vigne vierge décorant la vitre, puis un arbre dont les branches feuillues cachent à demi quelques maisons; pas de gratte-ciel cette-fois. Sur cet arbre, la présence quasi constante d’oiseaux chanteurs en matinée.

Ce matin ils ont reçu la visite éclair d’un écureuil gris. Un bout de cour abandonné offre des fleurs jaunes et des fleurs mauves. Ces fleurs ne s’inquiètent pas de qui les verront; la nature est si abondante qu’elle se contente de donner sans compter. Elles poussent parmi les herbes folles, heureuses de s’épanouir au soleil qui semble vouloir s’installer.

Cette vue quotidienne me comblait jusqu’a ce matin, avant qu’un homme ne décide de tout arracher. Sa machine m’a forcée à mettre la tête dehors pour constater le dégat.

Du coup les oiseaux se sont tus, puis se sont enfuis. Plus de fleurs mauves désormais et les quelques jaunes qui restent,…jusqu’à quand?

Peut-être cet homme a-t-il besoin de planter des légumes ou à son sens de plus jolies fleurs ! Peut-être aussi trouve-t-il ces plantes sauvages de mauvais effet. Bref Il doit sûrement avoir une bonne raison. Et je me dis: ” heureusement que je ne suis pas passée à côté de toute cette beauté si généreusement offerte !”

Au moins j’ai un souvenir dans mon coeur. Je ne l’entretiendrai pas, car il faut savoir avancer sans attache et vraiment vivre au présent. Néanmoins, j’aurai remercié le ciel pour ce bonheur passager.  En vous le décrivant amis lecteurs, je l’aurai partagé et il aura accompli sa mission.

Et il me reste les oiseaux et leurs chants matinaux, il y a toujours compensation.

Bientôt je partirai, je ne saurai pas ce que le bonhomme aura mis dans son jardin, mais, est-ce important? J’irai vers de nouvelles joies toujours prêtes à mon service.

Mon maladroit dessin mettra sa note particulière à ce séjour si enrichissant !

 

Feb-1-11

Fleurs D’Oranger

Posted by Nancy

Chaque fois que la brise frôle l’oranger

Un délicat parfum s’en exhale.

Il est tout à la fois tenace et léger.

C’est une fête des sens que ces fleurs pâles !

Elles rappellent l’iris par la forme,

Mais leur blancheur les rapproche du lis.

De leur calice s’élance un tube filiforme

Offrant avec largesse des tiges lisses

Aux bouts renflés de poussière d’or.

Attirées par l’odeur exquise,

Les abeilles butineuses viennent dès l’aurore

Puiser ce nectar dans la lumière imprécise.

Des peuples utilisent les fleurs d’oranger

Pour ceindre le front des jeunes épousées,

En symbole de l’amour inconditionnel,

De l’abandon à la joie et à la pureté.

Tout comme l’abeille fournit le miel,

Produit de la Nature en toute gratuité,

Ainsi le cœur aimant s’offrira,

Rayonnant la beauté et la grâce.

Avec certitude la fleur parfumera,

En toute quiétude l’amour embrasse.

Port-au-Prince 1er février 2011

Feb-23-10

Il était une fois un rosier blanc

Posted by Nancy

C’était un rosier “trafiqué”, comme beaucoup de plantes dans ce monde un peu perdu qui est le nôtre.

La pâleur de son feuillage abondant ne laissait pas deviner tout de suite qu’il s’agissait d’un rosier. De plus il était dépourvu d’épines. Pourquoi l’avoir acheté, puis planté?

Pour faire plaisir à quelqu’un qui disait ne pas aimer les roses à cause de leurs épines. Cependant faute de pouvoir choisir je pris le seul qui était disponible à Home Depot, un rosier blanc. Pour rester dans la réalité des variétés arrangées, les fleurs n’avaient aucune odeur.

Je pris bien soin de lui car je voulais que la perfection de ses fleurs plaise et que le rosier puisse être bien reçu.

Trois ans plus tard, j’appris que celle à qui je l’avais offert n’aimait pas les fleurs blanches. J’étais désolée.

De mon côté, tout en étant attentive à son bien-être, je portais plus d’attention à un autre rosier acheté le même jour, mais celui-là avec des épines et des fleurs d’un parfum exquis et d’une couleur de fleur “vieux rose”

C’était un vrai rosier et son parfum attirait tout le monde, en dépit de ses grosses épines et de ses ramures raides. Les feuilles foncées étaient elles aussi bordées de petites griffes.

Les deux rosiers grandissaient, s’épanouissaient et faisaient mon bonheur, peut-être légèrement plus qu’aux vrais propriétaires.

Depuis un mois que je suis rentrée d’Haïti après le tremblement de terre, j’ai observé deux transformations des rosiers.

Les roses “roses” devenaient larges d’une façon inexplicable. Mais le plus surprenant etaients celles du rosier blanc.

Les pétales se coloraient de rose, les épines lui poussaient, le feuillage s’étalait mais le plus extraordinaire est que toutes les fleurs rosees sentaient bon. Wow !

Devant ces constatations, j’ai eu plusieurs interrogations, cependant les réponses les plus satisfaisantes pour moi sont celles-ci :

Je crois que le rosier blanc s’est senti délaissé et a voulu attirer notre attention en s’inventant certains attributs de l’autre rosier, si fascinant.

Vous me direz que je déraille, néanmoins ma conviction est que les plantes sont vivantes et qu’elles réagissent à notre attitude vis à vis d’elles.

Mon remords par contre est de n’avoir pas su l’aimer assez pour l’accepter comme elle était. Alors je la remercie chaque jour d’avoir fait l’effort de me plaire et je l’assure de mon affection inconditionnelle désormais.