Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Apr-11-12

Gentils Clins D’Oeil

Posted by Nancy

Pour vous souhaiter une merveilleuse journée ou une superbe soirée dépendant de votre fuseau horaire, je partage avec vous ces clins d’œil qui mettent tant de joie dans mon cœur.

A travers la fenêtre fragmentée par la présence des “blinds”, j’aperçois une cascade lumineuse, c’est le feuillage d’un arbre qui brille sous les derniers rayons du couchant. Un simple aperçu, mais tant de beauté !

On ne vantera jamais assez la beauté des choses simples telles que la Nature nous les offre.

Cette cascade de feuilles brillantes a capté mon regard dans une vision furtive, mais j’ai pu en savourer le don.

L’arbre ne sait peut-être pas qu’il était si beau ! Peut-être bien que oui, car mon admiration a dû le toucher, nous nous comprenons si bien !

Je voudrais comme lui rayonner en silence et être dans l’amour inconditionnel comme il l’est.

Partout ou se porte mon regard a travers ces “blinds” puisque toutes les fenêtres de la maison en ont, je reçois des clins d’œil chaleureux. Ils sont des pâquerettes “sauvages” qui s’obstinent à être présentes, s’épanouissant au soleil pour partager leur beauté.

Des clins d’œil encore des arbres avec leur floraison ou des oiseaux cherchant des graines sur ces arbres ou dans le gazon.

C’est encore venant des anolis qui se poursuivent dans les moindres recoins.

Les roses aussi me font des clins d’œil affectueux et elles embaument !

Je peux aussi apercevoir la pluie dégoulinant sur les vitres ou occasionnant des rigoles dans la rue.

Certaines nuit je profite du clin d’œil brillant de la lune car je laisse les “blinds”écartés justement pour recevoir ces présences là où je suis, pour de pas être coupée du dehors.

Souvent ils insistent pour me voir, alors je vais leur sourire et les remercier de me combler de tant de joie !

A chaque sortie, je ne puis qu’admirer leur perfection et leur volonté d’être sans rien demander.

Moi aussi chers amis du net je vous fais ces clins’ d’œil pour vous apporter mes meilleures pensées, car même quand je suis absente par mes compositions ou autre, je ne vous oublie pas. Il y a que des fois, j’ai besoin d’aide pour transmettre certaines trouvailles, d’autres fois je suis en perte d’inspiration quand Mercure ne me gratifie plus de sa présence.

Je vous aime

Nancy

Sep-21-11

J’ai eu Mon Concert

Posted by Nancy

Il y a de cela peut-être deux ans peut-être plus, j’ai fais le vœu de voir un des arbres du jardin couvert d’oiseaux chanteurs. Pourquoi cet arbre? C’est celui qu’on voit le mieux des fenêtres de la maison, que l’on se tienne à l’étage ou au rez de chaussée..

J’esperais ce concert mais je ne le voyais pas venir, mon manque de foi ne m’en trouvait pas digne. Pourquoi un tel vœu?

D’abord parce que j’aime les oiseaux et j’adore les entendre chanter. Mais surtout je suis convaincue qu’ils sont porteurs de bonnes nouvelles; celles que mon cœur attend…

Et aujourd’hui je l’ai eu mon concert ! Le chant etait si soutenu que je suis sortie réalisant qu’un fait inhabituel se passait au-dehors.  Là, dans mon arbre et sur ses branches, plusieurs oiseaux chantaient ! A ma vue ils n’ont pas arrêté ni ne sont partis. Ils ont au contraire voleté dans mon giron se tenant plus près de moi pour m’offrir leurs chants.

Leurs vocalises m’ont touche le cœur, j’ai souri tout en remerciant. Je me suis dit :

Voila ce qu’obtient la patience et la foi! Je dois absolument acquérir cette foi inébranlable dont parle les Maitres et avec elle j’obtiendrai la patience. Et ce matin la pensée du jour me confirme qu’il y a un moment pour tout, il n’est que d’attendre. Ce qu’un cœur sincère demande il l’obtiendra dans cette vie toujours au bon moment.

Je suis encore émue de cette grâce reçue !

Par contre les perruches de la maison qui ne cessent de jacasser, se sont tues. Complètement… Un silence singulier que j’ai encore du mal à interpréter.

Enfin leur-dis-je :” êtes-vous jalouses de mon concert?!”

Mon coeur cependant a voulu croire que c’etait leur façon d’approuver le concert de leurs congénères à mon endroit.

J’ai saisi le message de ce concert et je suis assuree de voir mes demandes se realiser.

Gratitude ! Gratitude !

Les roses ont également apprécié ce merveilleux moment.

http://www.betterphoto.com/forms/TellAFriend.asp

 

 

 

 

Aug-5-11

Une Première en séjour

Posted by Nancy

J’habite à Manhattan pour un mois. Mon logis est particulier, en ce sens que pour moi c’est une première. Je le décrirai comme suit:

Un long couloir terminé par une chambre unique garnie de larges fenêtres, avec les buildings d’en face comme vue.

Sur la largeur du couloir, trois creux où sont aménagés, dans le premier à l’entrée, une chambre d’appoint meublée d’un convertible à une place et d’un immense miroir encadré de bois noir. Nous l’appelons chambre car de grands rideaux rouges peuvent l’isoler des gens.

Dans le creux à côté, la toilette complète et très moderne.

Le creux faisant pendant à la chambre est partagé en deux: cuisine avec un large comptoir et living orné d’une grande télévison murale et d’un fauteuil pour deux, avec au-milieu ce qui serait un tabouret rembourré servant comme table parce que situé en face du fauteuil, mais faisant plutot siège pour des visiteurs.

Pour manger on reste debout autour du comptoir.

L’ensemble général est net, moderne, froid et blanc. Nous vivons dans la climatisation et la lumière électrique sans trop penser à une panne car alors, nous serions plongés dans le noir complet, la chambre étant la seule à être pourvue de fenêtres mais aussi avec une porte qui l’isole du reste.

Là-dedans, nous ne savons pas s’il fait nuit ou jour, s’il pleut ou s’il fait beau temps, s’il fait chaud ou frais, bref le monde extérieur nous l’ignorons. Cela s’appelle un appartement chic, dans le quartier de Wallstreet au 7ième étage d’un building de vingt-trois.

Le côté, plaisant des choses car il y en a toujours, ce sont les ascenseurs nombreux et super rapides en plus d’être spacieux et comfortables. L’attente est donc inexistante et l’arrivée presque immédiate.

De plus, tout fonctionne à merveille et les robinets sont réglés à la bonne température. Nul besoin de faire couler l’eau et de doser. On ouvre et une seconde plus tard l’eau est tiède à point.

L’autre bonne chose, il y a des miroirs partout et j’aime beaucoup les miroirs.

Au deuxième étage il y a une buanderie où logent au moins cinquante machines à laver et un nombre raisonnable de séchoirs. Tout est propre et les machines marchent parfaitement bien.

Il y a aussi une salle de gymnastique dans un des étages, mais je ne l’ai pas encore visitée.

Avec tous ces bons côtés, nous compenseront les aspects moins agréables par de fréquentes sorties dans les parcs avoisinants et nos repas nous les prendrons sur nos genoux.

De toutes façons un mois passe vite et nous aurons laissé une chaude ambiance familiale à la propriétaire qui s’en trouvera changée, ou du moins je le souhaite.

 

May-11-11

Sur l’arbre d’Astoria

Posted by Nancy

Sur cet arbre devant moi,

Un écureuil un peu sournois.            

Sur une branche, un peu plus haut

Un oiseau.

Il chante en continu

Des notes ingénues.

Duo charmant

Offert librement

Par cette fenêtre généreuse

Bien que poussiéreuse.

Tant il est vrai que la notion

De perfection

Est très relative

Et souvent restrictive.

Car cette vitre un peu brumeuse

M’offre des heures heureuses,

Comblant mon coeur

De douceur.

 

 

 

 

A travers cette fenêtre d’Astoria, j’admire une vigne vierge décorant la vitre, puis un arbre dont les branches feuillues cachent à demi quelques maisons; pas de gratte-ciel cette-fois. Sur cet arbre, la présence quasi constante d’oiseaux chanteurs en matinée.

Ce matin ils ont reçu la visite éclair d’un écureuil gris. Un bout de cour abandonné offre des fleurs jaunes et des fleurs mauves. Ces fleurs ne s’inquiètent pas de qui les verront; la nature est si abondante qu’elle se contente de donner sans compter. Elles poussent parmi les herbes folles, heureuses de s’épanouir au soleil qui semble vouloir s’installer.

Cette vue quotidienne me comblait jusqu’a ce matin, avant qu’un homme ne décide de tout arracher. Sa machine m’a forcée à mettre la tête dehors pour constater le dégat.

Du coup les oiseaux se sont tus, puis se sont enfuis. Plus de fleurs mauves désormais et les quelques jaunes qui restent,…jusqu’à quand?

Peut-être cet homme a-t-il besoin de planter des légumes ou à son sens de plus jolies fleurs ! Peut-être aussi trouve-t-il ces plantes sauvages de mauvais effet. Bref Il doit sûrement avoir une bonne raison. Et je me dis: ” heureusement que je ne suis pas passée à côté de toute cette beauté si généreusement offerte !”

Au moins j’ai un souvenir dans mon coeur. Je ne l’entretiendrai pas, car il faut savoir avancer sans attache et vraiment vivre au présent. Néanmoins, j’aurai remercié le ciel pour ce bonheur passager.  En vous le décrivant amis lecteurs, je l’aurai partagé et il aura accompli sa mission.

Et il me reste les oiseaux et leurs chants matinaux, il y a toujours compensation.

Bientôt je partirai, je ne saurai pas ce que le bonhomme aura mis dans son jardin, mais, est-ce important? J’irai vers de nouvelles joies toujours prêtes à mon service.

Mon maladroit dessin mettra sa note particulière à ce séjour si enrichissant !

 

Il est peut-être 2h du matin, je ne m’inquiète pas de savoir l’heure. La rue est déserte, les trains se rarefient. Cependant même vides,  ils continuent de passer. C’est ainsi que j’ai pu observer un unique voyageur descendant de l’un d’eux. Il est étrange dans ce décor vide où les feux de la rue continuent inlassablement de réglementer une circulation inexistante.

Dans le ciel, la lune à son dernier quartier avant qu’elle ne soit pleine, prend son temps pour achever son cycle. Une brume partielle cache les building d’en face tout en mettant une note de mystère dans le décor. Une paix m’envahit et une pensée de gratitude me vient à l’âme. La beauté  du moment, éclairé par la lune, me fait penser que partout dans le monde, la nature met sa touche personnelle pour nous réjouir le coeur.

A 3h heures , j’ai regardé le réveil pour vérifier la cadence des trains à cette heure, un train s’avance, déchargeant une douzaine de personnes. Est-ce des couche-tard puisque nous sommes au vendredi? Est-ce des employés rentrant finalement chez eux? Je m’amuse à trouver de multiples raisons à leur présence tardive sur le quai. Mais en définitive ne sommes nous pas à New-York où la vie se ralentit à certaines heures mais ne s’arrête jamais !?

Quand enfin je retrouve mon lit, il est déjà presque 4 heures et les activités de la rue reprennent…

Néanmoins j’ai vécu une formidable expérience qui valait vraiment la peine de raccourcir ma période de sommeil.

Que peut-on voir à travers une fenêtre à Brighton Beach?

Un train omni présent, des logements en gratte-ciel,quelques passants et des véhicules de toutes sortes. Somme toute, rien que du banal pour un quartier de New-York.

Pourtant on s’étonnera de la présence d’une mouette sur la cheminée d’en face. On découvrira une famille de moineaux très adaptée à la vie urbaine, se logeant dans une gouttière.

Tout ce beau monde piaille et chante dès l’aurore. Néanmoins, à travers cette fenêtre je ne me serais pas attendu à voir cette envolée de pigeons exécutant des virevoltes artistiques, en début d’après-midi, sur un fond de ciel limpide nettoyé par le vent froid venant de la mer.

Un spectacle inédit pour une Haïtienne en séjour ! Alors que la presse relate des hécatombes d’oiseaux de par le monde, je jouis de la vue d’une centaine d’acrobates ailés.

Cette fenêtre m’offre une bolée de joie “free”, j’accroche mon coeur à ces brins de bonheur et mes pensées compatissantes accompagnent les Japonais, les Birmans, les Libyens et toutes les autres âmes souffrantes. Elles peuvent entrevoir l’espoir au travers de mes yeux admirant ces oiseaux porte-bonheur.