Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Les femmes, c’est comme le café, au début ça excite à la fin ça énerve

Les hommes c’est comme le melon il faut en avoir tâter plusieurs pour en trouver le bon

Ne soit bon qu’une fois, parce que quand tu es bon une fois c’est bon, mais quand tu es bon deux fois tu es un bonbon et on te suce !

Si quelqu’un te parle et que tu n’écoutes pas tais toi.

Écoute, car tu sauras pourquoi tu n’écoutais pas.

Si tu sais que tu ne sais, pas tu sauras. Mais si tu ne sais pas que tu ne sais pas tu ne sauras jamais.

Si quelqu’un te dit qu’il peut avaler une noix de coco en entier laisse le faire c’est qu’il fait entièrement confiance à son anus.

Nous sommes tous pareils, noirs jaunes, blancs, riches, pauvres, athées chacun a un petit coin qui sent mauvais.

Oct-4-11

Sans Condition

Posted by Nancy

Je t’ai choisie sans condition.

Je t’ai aimée sans condition.

Le choix n’a pas été réciproque.

Dans mon coeur tu es exceptionnelle,

Tu le sais, devenue éternelle.

Tu m’as façonnée pour le meilleur,

C’était là notre accord dans l’ailleurs.

Merci d’avoir été ma mère

Merci pour tes baisers sincères.

J’ai toujours été solitaire

Mais heureuse de te satisfaire.

A toi, mon amour s’est révélé

Au plan où tu as été appelée.

Et, j’ai senti ta protection,

Ton grand amour sans condition.

Ta petite fille est devenue femme

Sous le regard constant de ton âme.

 

Port-au-Prince 4 octobre 2011

A la mémoire de celle qui fut ma mère Marguerite

Dec-24-10

Merveilleux Noël et année exceptionnelle

Posted by Nancy

A tous mes amis du net, j’envoie mes pensées les plus chaleureuses; que chacun puisse trouver au fond de son coeur au moins une  raison d’être heureux chaque jour.

Que 2011 soit le début de la nouvelle terre que nous attendons dans l’amour et la foi pour que tous les hommes et les femmes se découvrent enfin frères et soeurs et vivent en harmonie avec toute la nature.

Namaste

avec tout l’amour de

Nancy

Sep-21-10

Oubli…

Posted by Nancy

Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir” dit le dicton mais comment pouvons-nous le comprendre?

Au pays nous fêtons la mort des héros ressassant depuis 2 siècles leurs actions héroïques sans nullement les pratiquer. Nous avons donc la mémoire, quelque part….

Mais en moins d’un an, je rencontre une femme qui s’étonne de ma joie de la retrouver vivante se demandant ce qui justifie une telle joie !?

J’ai dû lui rappeler le terrible tremblement de terre, alors que partout en ville les traces plus que visibles de ce monstrueux évènement jonchent les rues.

On s’habitue aux tentes, on s’habitue à la saleté et on bénit les circonstances qui offrent des opportunités d’enrichissement à plusieurs, dont cette dame oublieuse.

Alors de quelle mémoire le peuple doit-il se doter pour se garantir un avenir?

Je lance la réflexion à mes lecteurs  car à mon avis il y a urgence, l’avenir ne se dessinant pas ou plutôt s’élabore dans un nuage noir qui n’augure rien de bon.

Nov-17-09

PAPOTAGES A UN ENTERREMENT

Posted by Nancy

” Il est beau ce jeune Homme ! Depuis enfant il était beau, il l’est resté !”

” C’est qui, à ses cotés ?

“Son frère ingénieur.

” Tu as vu la femme assise auprès de lui ?

” Oui mais je ne sais pas qui c’est .

” Comment ! tu n’as pas reconnue la femme de X ? Tu ne l’as pas saluée ?

” Bien sûr que je l’ai saluée mais je ne l’ai pas reconnue, comme toujours d’ailleurs. Et l’autre, c’est lui qui est malade ?

” Oui.

Il faut préciser que la femme de X est veuve depuis plusieurs années, néanmoins le fait d’attirer l’attention sur elle dénote un blâme au lieu d’un encouragement d’avoir enfin quelqu’un sur qui s’appuyer.

Ces deux dames s’exprimant ainsi étaient venues, en principe, présenter leurs sympathies à la famille éplorée, mais sans se gêner faisaient allègrement leurs commentaires sur cette famille.

L’une est un des rares spécimen de la bourgeoisie agonisante du pays qui se veut parlant uniquement le français. L’autre est d’une certaine classe plus récente, mélangeant comme la plupart de nos compatriotes, le créole et le français dans toute conversation. Soi dit en passant, il y a dans la vague des nouveaux venus ceux qui acceptent de dire quelques mots de créole dans leur américain ne connaissant pas assez le français officiel.

Au fait, ces dames occupaient leur temps en attendant la levée du corps. La cérémonie prévue pour 10hres était largement en retard; déjà, l’exposition s’était faite attendre.

Quelqu’un mieux renseigné annonça à la personne près de moi :

Ce sera pour 11hres car les funérailles d’un membre important de l’église n’est pas encore terminée, c’est une messe concélébrée.

Mais l’église avait pris rendez-vous pour 10h, enfin !

Discrètement quelques personnes s’en allaient n’ayant pas prévu de rester si tard. Une dame méticuleuse refit le tour des membres de la famille les saluant à nouveau avant de se retirer.

Les autres continuaient leur papotages à voix basses, riant parfois, se déplaçant pour rencontrer des gens perdus de vue et retrouvés pour la circonstance.

Le mort, on n’y pensait pas trop; à la famille encore moins. Bref…..

May-15-09

La Femme et son bouquet

Posted by Nancy

La femme et son bouquet

Elle enlace son bouquet.

Des fleurs sous cellophane,

Bien serrées sous son bras,

Fatiguée; son air inquiet

Explique la peau diaphane

Et… Le corps gras,

De la femme sans rire

Qui ne se surveille pas.

Elle s’accroche à ses fleurs

Cherchant d’elles le réconfort

Et l’espoir d’un bonheur

Qui se veut tenace et fort,

Malgré ce qu’elle a pu souffrir.

Son geste possessif

Traduirait une insouciance

Si le regard pâle et las

Ne révélait le vif

Du chagrin et sa constance.

A une traversée de rue

Mon cœur a reçu

Cet appel crié par le biais

D’un bouquet

Trop bien tenu

Par une femme à Paris.