Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Un jour, j’emplis ma main de brume.

Puis je l’ouvris, et voici que la brume devint chenille.

Je refermai la main et la rouvris, voilà que la chenille devint oiseau.

De nouveau je la fermai et l’ouvris,

dans le creux de ma main se tenait alors

un homme au visage triste et au regard levé vers le ciel.

Une fois de plus, je refermai la main

et lorsque je la rouvris, il n’y avait que brume.

Cependant j’entendis une mélodie d’une douceur infinie.

Hier encore, je m’imaginais tel un fragment frémissant sans rythme

dans la sphère de la vie.

Aujourd’hui je sais que je suis la sphère et que la vie entière s’y meut

en fragments rythmés.

Eveillés, ils me disent:” Toi et le monde où tu vis n’êtes

qu’un grain de sable sur le rivage infini d’une mer infinie.”

Et dans mon rêve, je leur dis:” Je suis la mer infinie,

et tous les univers réunis ne sont que grains de sable sur mon rivage.”

Le Sable et l’Ecume

Khalil Gibran