Note d'Or

Poésies et Histoires pour votre plaisir!

Apr-24-10

Promenade matinale

Posted by Nancy

Très peu de maisons sont éclairées. Beaucoup jouissent encore de leur lit n’ayant pas à travailler ou peut-être n’étant pas obligés de s’occuper d’envoyer leurs gosses à l’école. Je marche dans une légère pénombre, cependant il est 6hrs. Il fait frais, l’atmosphère est calme , un air me monte aux lèvres…. Des oiseaux accompagnent mon chant.

Ce matin j’irai de l’autre côté du boulevard. La première fois que je m’y étais aventurée, je m’étais longtemps perdue avant de retrouver mon chemin. Il n’en sera pas question cette fois car je me retrouve plus facilement et de plus je prendrai le soin de refaire le même trajet en sens inverse.

Une dame promène son chien, c’est la seule présence  en dehors de la mienne. Le chien se méfie de moi et me montre une sorte d’hostilité. Sa propriétaire a de la difficulté à le calmer. Je rebrousse sagement  lui laissant son domaine.

J’admire les arbres qui sont bien plus gros de ce côté de la communauté. Devant une maison, un palmier multiple s’étend en largeur et en hauteur. Il a dû être fertilisé pour être aussi imposant.

Une voiture passe, puis deux chats s’amusent à éventrer un sac poubelle. L’un est gris l’autre parfaitement noir, exactement comme les miens. Je souris me surprenant à penser que les miens sont revenus en vie et sont là pour me visiter.

Je les regarde un moment, les salue d’un muet message puis continue ma route. Il est temps d’aller à mon rendez-vous avec le soleil. Je constate que je préfère l’ambiance de mon quartier, juste par habitude je crois.

Arrivée au bout de la route je m’aperçois que certains en ont fait une décharge. Je n’ai plus de place pour m’asseoir. Je reste donc debout.

Bien vite le ciel se colore de rose et de bleu. Couleur de l’amour et de la force. Des paquets de nuages noirs circulent paresseusement, venant de la tornade annoncée peut-être.

Rejetant la tète en arrière je m’ébahis de toute la soie qui s’effiloche sous mes yeux. Le spectacle est immense et me donne un sentiment de liberté en même temps que de mon ancrage ici-bas.

Bientôt l’or se répand effaçant le noir, et ajoutant ainsi la Sagesse aux deux précédentes vertus.

C’est le moment de rendre grâce, de communier et d’envoyer des pensées d’amour, de paix et de consolation à mon pays, aux humains et à la terre elle-même.

Un point devient étincelant, il est là enfin et à nouveau la gratitude m’envahit. Je remercie les oiseaux, les arbres, les plantes, l’herbe, le ciel, les nuages et le soleil bien sûr à qui je demande de me purifier et de me régénérer. Je remercie également la terre qui me supporte et j’offre chaque instant que j’aurai à vivre.

Au retour, je constate que certains gicleurs s’activent pour arroser les plantes. Le jet chante en douchant. Quelques rares voitures se mettent en route. Le quartier est encore en silence quand je rentre.

Add A Comment